Page:NRF 7.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


64 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

de pression ; ça ne montait pas, deux tubes fuyaient ; le charbon brûlait mal.

Tous faisaient silence, attendant la réplique de M. Griaux. Elle fut dure :

— Nous n'avons pas besoin de ces histoires. Avez-vous vu le disque ?

— Je vous dis que je n'ai pas pu.

— Il fallait arrêter.

— Avec 7 minutes de retard. Un disque armé, moi je me fie à l'avertisseur. Je n'entends pas le sifflet du crocodile, c'est que la voie est libre.

M. Griaux se fâchait tout-à-fait :

— Non ! Non ! C'est une erreur absolue. L'automa- tisme des signaux, là où il existe, n'est pas fait pour supprimer votre vigilance. Alors, du fait qu'un signal est à avertissement automatique, vous ne le regardez plus. Vous l'annulez.

— Je ne dis pas ça.

— Mais oui, vous le dites. . . Vous en prenez un peu trop à votre aise. Vous n'avez pas vu le disque, vous passez le signal carré, et vous trouvez cela tout naturel.

— Je trouve pas ça tout naturel, M. l'Inspecteur. Je dis que j'ai pas pu faire autrement. J'avais 295 tonnes. La voie descend de 5 ; 7 minutes de retard...

M. Griaux jeta une affirmation :

— Les signaux avant tout. . . que la colère lui fit bisser :

— Les signaux avant tout ! Mais Becquaërt répliquait encore :

— Il faut faire la marche. Vous savez bien que si on s'attendait aux signaux fermés, avec 300 tonnes, quelque- fois 350, on ne se lancerait jamais.

�� �