Page:NRF 7.djvu/708

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


702

��NOTES

��HENRI FRANCK

Henri Franck était pour tous ses amis une raison d^ orgueil; ils r associaient à tout ce quils espéraient de V avenir ; ils comptaient sur lui pour toutes les luttes généreuses; ils le voyaient prenant sa part a toutes les victoires de V intelligence. Sa mort est de celles auxquelles on ne pensera jamais sans révolte.

"Joignant sa voix à celle des camarades d^ Henri Franck, M. Bergson a voulu apporter sur cette tombe un témoignage qui eût rempli notre ami de fierté et qui lui confère comme un reflet de cette gloire quil na pas eu le temps de conquérir, quil méritait et quil désirait tant :

    • y^ admirais chez Henri Franck une intelligence rare, une

de ces intelligences ouvertes à tout, qui se jouent avec aisance parmi les spéculations les plus abstraites et qui semblent en même temps préparées, par je ne sais quel mécanisme merveil- leux, a vibrer sympathiquement à ce quil y a de plus subtil dans la poésie et dans Part.

Ceux qui ont été les témoins de ses succès scolaires ont pu mger de son étonnante facilité.

Ceux qui furent, à certaines heures, les confidents de sa pensée et de ses rêves savent qu'il y avait déjà en lui un philosophe pénétrant, un poète délicat, et qu^il eût été, s il avait vécu.

�� �