Page:NRF 7.djvu/752

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


746

��L'AVENTURE ETERNELLE^

à Henry Spiess.

��Je ne suis pas un écrivain. Je suis le poète qui chante. — Quoi ! sans art mon chant serait vain ? A V écouter mon mal f enchante.

J écris des mots pour le plaisir^ et je les chante. Ah ! je ne sais. — Le flot des petits mots pressés voulant pleurer se met à rire.

Mais que soudain mon mal augmente^ ma plume se brise en un cri. — Je ne sais quand je me lamente ou si je chante ou si j'écris.

' Premières pages du livre III.

�� �