Page:NRF 7.djvu/756

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


750 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

VIII

Quand je revins à la maison, encore tremblant du frisson des longues fièvres visionnaires et marmonnant les noms des Pères,

ayant cherché maman d^ abord et puis tendu les bras vers elle, puis vers elle jeté mon corps de toute mon âme fidèle,

je nai pas retrouvé ma mère. Je la berçais bien dans mes bras. Misère ! Elle n était plus là, mais loin des humaines misères.

��IX

��Eh quoi ! me faut-il dire avant mes promenades solitaires dans la forêt et dans les champs, ce retour auprès de ma mère ?

Non. Les cris ne sont pas des chants. Si déchirante fut ma peine — toujours vivace quoiqu" ancienne ! Mais les cris ne sont pas des chants...

Ah ! plus aucun art, mes amis, ne vient au secours des paroles que voici, hébétées et molles de ne pouvoir être des cris.

�� �