Page:NRF 7.djvu/757

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'aventure éternelle 75^

��Dieu qui ne veut pas de nos corps brûlants^ Dieu qui hait les miracles. Dieu qui ne veut qu après la mort notre âme en glaciale débâcle.

Dieu pourtant. Dieu jaloux de moi me Pavait prise tout entière. — Jaloux de moi. Dieu ? mais pourquoi ? — Je nai plus retrouvé ma mère.

Quand je revins à la maison la neige avait couvert les champs. Il faisait froid dans ma maison^ et plus froid au cœur de maman.

��XI

��Assise au foyer, le front bas, elle ne s'était pas levée, mais seulement s'était penchée et je la berçais dans mes bras.

" Oh ! ce nest pas cela, pas cela, disait un fils à ses genoux. ma maman, ce n est pas vous et me voilà, moi, me voilà. "

Et ses yeux s'éloignaient de moi. L'ombre du soir entre nous deux grandissait, éteignant ses yeux: la lueur de ses beaux yeux froids.

�� �