Page:NRF 7.djvu/820

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


8 14 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

moins jolie avec ce chapeau que les cheveux au vent. Les Dimanches dans les petites villes sont pour tout le monde des jours de joie, pour ceux aussi qui ne mettent pas les pieds à l'église. La chanson des cloches n'est pas dés- agréable, et tout le monde l'entend puisqu'elle entre dans toutes les maisons, même dans celles où l'on ne sait pas ce que c'est qu'un petit bénitier à la tête du lit.

Pour être tout-à-fait prête, elle n'eut pas trop de toute sa matinée jusqu'au dernier coup de la grand'messe, vers dix heures moins un quart. Ensuite, elle eut l'air de dire :

— Maintenant, me voici. Qui veut de moi ?

Elle se posta sur le seuil — les voisines disaient qu'elle était plus souvent à " lever le nez sur le pas de la porte " qu'à coudre, — pour regarder, pour dévisager même — elle n'avait pas les yeux dans sa poche, — ceux qui allaient à l'église. On aurait même dit qu'elle se moquait d'eux. C'étaient d'autres jeunes filles, à peu près du même âge qu'elle, qui montaient vite pour pouvoir faire semblant d'être essoufflées, et riaient. De vieilles dames, accompagnées de leurs bonnes, s'arrêtaient à chaque instant, essoufflées pour de bon. Des femmes des villages d'alentour, en sabots, et quelques hommes vêtus de blouses bleues, faisaient ainsi depuis des années le trajet de leurs chaumières à l'église. Il y avait aussi des messieurs en redingotes noires ou en paletots d'été. De jeunes gens, point. Si, pourtant. Elle vit, marchant à côté de sa mère, tête baissée, comme honteux, le Louis Frébault. Quand il passa devant Juliette, il ne put s'empêcher de la regarder, et de rougir. Elle sourit. M"^ Frébault ne s'aperçut certainement de rien. En tout cas elle ne sourcilla point.

�� �