Page:NRF 7.djvu/878

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


872 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

sonnalités humaines, " M. Maurice Renard prend le plus grand soin de donner pour justification de ses hypothèses romanesques tout un répertoire d'expériences enregistrées. Plus son informa- tion est nourrie, sa logique serrée, plus sa fable devient trou- blante. Il s'agit d'anéantir jusqu'aux dernières traces d'une délimitation entre le connu et l'inconnu, — et que l'étonne- ment nous saisisse au cœur même de notre créance.

Mais le progrès des sciences marche, au temps où nous sommes, d'un si furieux train, qu'il faut à l'esprit littéraire un élan bien formidable pour le distancer. Ses réalisations pratiques suivent de trop près la spéculation, elles sont trop nombreuses et trop surprenantes pour laisser à l'imagination du romancier une carrière vaste, un champ tout à fait inexploré. Où qu'il s'aventure, celui-ci risque fort d'avoir été précédé par la rêverie de son lecteur. La fantaisie la moins cultivée préoccupe, aujour- d'hui, l'avenir de la science. C'est la pente la plus banale des esprits que celle d'une croyance presque sans bornes aux créa- tions futures de la mécanique ou de la chimie. Habitués comme nous le sommes à des réalités si voisines de la chimère, nous ne consentirons guère à nous laisser intéresser, émouvoir par une construction chimérique basée sur ces mêmes réalités, à moins qu'elle ne soit vertigineuse. Une " anticipation, " qui n'est point géniale, passera pour un amusement assez puéril. Et c'est la tare d'un grand nombre de ces romans dits " scientifiques " qu'ils nous paraissent inspirés, la plus souvent, d'une " actua- lité" un peu froide et déjà vulgarisée par la lecture des journaux.

Je doute, au surplus, que les plus subtiles, les plus audacieuses des divagations futuristes soient jamais la source d'aventures plus passionnantes que celles de Sindbad le Marin, ou celles du divin Ulysse " qui, en son âme, avait subi des maux innom- brables, dans les combats des hommes et sur les mers dange- reuses ". D'où viendra donc au conteur moderne, qui se croit en possession d'une matière absolument neuve, l'incomparable étrangeté de son récit ? Machines pour machines, celles de la

�� �