Page:NRF 7.djvu/966

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


960 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

IXbis

Shanklin Jeudi soir, 15 Juillet 18 19 (?).

Mon amour,

J'ai été, ces deux ou trois derniers jours dans un état de santé tellement irritable que j'ai cru ne pas pouvoir écrire cette semaine. Non pas tant que je fusse très malade, mais je l'étais suffisamment pour ne pouvoir écrire qu'une ennuyeuse lettre de malade. Ce soir je vais beaucoup mieux, mais c'est pour ressentir avec un renouveau d'ardeur la lan- gueur que m'inspire votre absence. Vous dites que peut-être vous auriez pu me faire du bien ? Alors, vous m'auriez fait du mal ; maintenant vous pourriez peut-être effectuer une cure ! Quels honoraires je vous donnerais mon doux médecin si vous deviez le faire ! Ne me taxez pas de folie si je vous dis que j'ai gardé votre lettre, cette nuit, près de moi. Au matin, j'ai trouvé votre nom effacé du cachet de cire. J'en ai été frappé comme d'un mauvais pré- sage, jusqu'à ce que j'aie fait la réflexion que j'avais dû l'abîmer en rêvant, et vous savez que les rêves annoncent toujours le contraire de ce qui doit arriver. — Vous avez pu vous apercevoir, à cette heure, que je crois quelque peu à un certain

�� �