Page:NRF 7.djvu/986

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


98o

��LE MTSTERE DES SAINTS INNOCENTS DE PÉGUY

��Le moment n'est pas encore venu de tracer le portrait de Péguy. Cette figure si entière, si définie, si appuyée, cependant elle est trop vivante pour ne pas se préciser, s'accuser encore davantage avec le temps. Attendons que Péguy devienne tout ce qu'il est.

Mais un livre est là dont il faut parler. Un livre, plus que tous les précédents peut-être, profond et pressant. Un livre actif: et je voudrais donner à ce mot deux sens bien diflPérents.

��*

  • *

��Un sens technique d'abord. Péguy n'est pas un sage peintre qui, près de sa fenêtre, le long de l'après-midi, amoureusement copie un bouquet de fleurs ; chaque touche qu'il pose, bien claire, bien nette, fixe à jamais un morceau de l'objet qu'il con- temple; et il emportera le bouquet sur sa toile. Mais Péguy n'a affaire qu'à des choses qui bougent. Un livre actif, c'est-à-dire un livre où ce qui est

�� �