Page:NRF 7.djvu/989

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE MYSTÈRE DES SAINTS INNOCENTS 983

mouvements spontanés, aux instincts dont elle est faite, mais il apprend à s'en servir. Il met à profit tant bien que mal leur indépendance ; il les reprend en approchant d'eux des occasions comme des pièges. Si l'on examine chaque laisse du Mystère des Saints Innocents, on verra qu'elle est comme un ouvrage tressé avec des joncs. Des phrases qui viennent d'un peu partout et qui sont amenées toutes vivantes, avec leur tressaillement, avec ce commencement abrupt comme la blessure par quoi le pétiole d'une feuille détachée imite la branche originelle, s'assemblent et sans se confondre les unes aux autres, rappelées mais point soumises, de leurs différences forment une seule période.

��«  ♦ »

��Un livre actif. Depuis qu'il est entré dans ma maison, que n'y a-t-il pas remué . Depuis qu'il est en moi, que n'y a-t-il pas atteint . Il ne cesse pas de me travailler. 11 est venu comme un men- diant et voici qu'il ne s'en va plus ; il est à mon foyer maintenant, comme un apôtre familier qu'il faut loger et nourrir ; il est un de ces bons- hommes qui ont raison. Il parle près de la cheminée et il nous fait comprendre les choses. Il nous montre où est le bien, il nous explique comment il faut s'y prendre et que ce n'est pas si difficile que ça. Il nous fait honte parce qu'il a l'air

5

�� �