Page:Nansen - La Norvège et l'Union avec la Suède, trad Rouy, 1905.djvu/106

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
96
la norvège et l’union avec la suède

Que va-t-il se passer ? Le Storthing a voté à l’unanimité une loi portant création d’un service consulaire norvégien séparé. Le cours des événements dépend maintenant en grande partie du pouvoir royal. Il nous est difficile, à nous autres Norvégiens, de nous imaginer que le représentant du pouvoir royal en Norvège puisse refuser sa sanction à une loi réclamée aujourd’hui d’une manière aussi unanime par le peuple norvégien, et qui, depuis 1892, a toujours été victorieuse aux élections avec une puissance de plus en plus grande.

Si pareille chose arrivait, comme on semble le supposer dans certains milieux, cela ne pourrait être que la conséquence de l’influence suédoise. Le fait, dans une affaire norvégienne, de prendre de tels égards, doit toutefois, en Norvège, avoir sa place en dehors de la Constitution, et le cas échéant, il ne sera pas possible au pouvoir royal de trouver un ministère norvégien voulant prendre la responsabilité d’une telle mesure. Mais, sans un gouvernement responsable, le pouvoir royal non responsable ne peut ni gouverner ni prendre de décisions gouvernementales. Si le pouvoir royal continue à maintenir son refus de sanction, il se sera par suite placé lui-même hors de la Constitution pour avoir essayé d’introduire un principe aristocratique personnel sans conseillers responsables, ce qui est en contradiction directe avec les principes et les termes de notre Constitution.

On a dit que, dans ce cas, il y aurait révolution en Norvège ; mais ce ne sera pas le peuple