Page:Nansen - La Norvège et l'Union avec la Suède, trad Rouy, 1905.djvu/42

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
32
la norvège et l’union avec la suède

une province du Danemark, ne peuvent provenir que d’une ignorance parfaite du sujet que l’on traite. Aussi dois-je supposer que le docteur Sven Hedin ignore que la Norvège formait un seul royaume et avait une histoire établie sur des bases certaines, histoire des plus remarquables même, plusieurs siècles avant la Suède.

Lorsqu’un homme qui devrait être habitué à une grande rigueur scientifique écrit ces choses, que reste-t-il à attendre des autres ? Naguère encore, on lisait dans les livres scolaires de Suède, que la Norvège était un pays conquis. Avec de semblables assertions, enracinées dans l’esprit dès la plus tendre enfance, on comprend aisément, et on excusé les Suédois, si, dans le cours des années, leur politique vis-à-vis de la Norvège a fait fausse route, et est devenue profondément blessante pour notre amour-propre.

Il convient d’ajouter aussi que les classes supérieures de la Suède ont toujours redouté la politique libérale et démocratique de la Norvège ; elles craignaient la contagion pour leur peuple, et ne voulaient à aucun prix de cette politique, dont elles jugeaient l’influence nuisible à leurs intérêts, comme elle l’a d’ailleurs été réellement dans une certaine mesure.

Ce parti suédois des « hobereaux », qu’on appelle en Norvège « les Grands Suédois » (Stor-Svensker), devait donc s’opposer coûte que coûte à toutes les revendications norvégiennes, et essayer d’arriver au complet écrasement des Norvégiens, en poussant à l’amalgamation des