Page:Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra.djvu/237

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Oh ! quand retournerai-je dans ma patrie où il ne faudra plus que je me courbe — que je me courbe devant les petits ! » — Et Zarathoustra soupira et regarda dans le lointain. —

Le même jour cependant il prononça son discours sur la vertu qui rapetisse.


2.

Je passe au milieu de ce peuple et je tiens mes yeux ouverts : ils ne me pardonnent pas de ne pas être envieux de leurs vertus.

Ils mordent après moi parce que je leur dis : pour des petites gens, de petites vertus sont nécessaires, — et parce que comprends difficilement que de petites gens soient nécessaires !

Je ressemble au coq dans une basse-cour étrangère que les poules même poursuivent à coups de bec ; mais je n’en veux pas pour cela à ces poules.

Je suis poli envers elles comme envers tous petit désagrément ; être épineux envers les petits me semble une sagesse digne des hérissons.

Ils parlent tous de moi quand ils sont assis le soir autour du foyer, — ils parlent de moi, mais personne ne pense — à moi !

C’est là le nouveau silence que j’ai appris à connaître : le bruit qu’ils font autour de moi déploie un manteau sur mes pensées.

Ils tapagent entre eux : « Que nous veut ce sombre nuage ? Veillons à ce qu’il ne nous amène pas une épidémie ! »