Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Sans doute qu’à Bayreuth le spectateur lui-même est un spectacle digne d’être contemplé. Un esprit observateur et sage qui passerait d’un siècle dans un autre pour comparer entre elles les manifestations notoires de la civilisation y trouverait maint sujet d’observation.

Il se sentirait nécessairement transporté soudain dans un courant plus chaud, tel un nageur qui s’ébat dans un lac et qui entre dans le jaillissement d’une source d’eau chaude. Il se dit qu’elle a son origine dans les bas-fonds. L’élément qui l’environne ne suffit pas à en expliquer l’origine, car il est tout de surface. De même, tous ceux qui prennent part aux fêtes de Bayreuth seront considérés comme n’appartenant pas à une époque. Ils se sont créé une partie ailleurs que dans le temps et ils trouvent ailleurs leur raison d’être et leur justification. Pour ma part, j’ai toujours mieux compris que l’homme « cultivé », pour autant qu’il est en toutes choses le produit des temps présents, ne peut s’approcher que par la parodie de tout ce que Wagner fait et pense – et tout ceci a été en effet parodié – et que, de même pour tout ce qui touche à l’événement de Bayreuth, ils ne vont le regarder qu’à la lueur de la lanterne fort peu magique de nos mauvais railleurs de journalisme. Encore faut-il s’estimer heureux quand ils s’en tiennent à la parodie. Celle-ci dégage un esprit d’éloignement et d’animosité, qui serait capable d’avoir recours à des façons et à des voies bien autrement dangereuses et qui s’en est déjà servi à l’occasion. Cette accentuation et cette tension extraordinaire des contrastes n’échapperaient pas non plus à cet observateur de la culture dont nous parlons plus haut. Qu’un individu isolé au cours d’une vie ordinaire