Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aussi les vrais disciples des vraies philosophies qui, comme Wagner, savent extraire de ces philosophies non poindes narcotiques, mais une décision renforcée et une volonté inflexible. Wagner est le plus philosophe là où son activité est la plus puissante et la plus héroïque. Et c’est précisément en qualité de philosophe qu’il trouva sans peur non seulement la fournaise ardente de différents systèmes philosophiques, mais encore les vapeurs de la science et de l’érudition ; il resta fidèle à la plus noble moitié de lui-même, qui exigeait de sa nature multiple des actions d’ensemble et qui lui enseignait à souffrir et à s’instruire, pour pouvoir accomplir ces actions.

4.

L’histoire du développement de la culture depuis l’époque des Grecs est assez courte, si l’on considère la longueur réelle des chemins qu’elle a parcourus, et qu’on ne tient pas compte de ses arrêts, de ses reculs, de ses hésitations, de ses détours. L’hellénisation du monde, et, pour rendre celle-ci possible, l’orientalisation de l’hellénisme — cette double mission du grand Alexandre. — constitue toujours encore le dernier événement d’importance ; et la vieille question de savoir si une civilisation étrangère est réellement transmissible constitue toujours encore le problème que les modernes s’efforcent en vain de résoudre. L’action alternative et combinée de ces deux facteurs a particulièrement influencé le cours de l’histoire. Ainsi le christianisme se présente par exemple comme un fragment d’antiquité