Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/165

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


être qui pense bien et qui sait conclure logiquement, si ’ l’on n’est parvenu, au préalable, à faire de lui un être qui sait sentir juste. Si donc la musique de nos maîtres allemands résonne, au milieu d’une humanité à tel i r- î point malade, qu’entend-on résonner au l juste ? Rien A autre chose qu’un sentiment exact, l’ennemi’de toutes convention, de toute aliénation factice, de toute incompréhension d’homme à homme. Cette musique équivaut à la fois à un retour à la nature, à une purification et à une-transformation de la nature ; car c’est dans l’âme des hommeslles plus aimants qu’est né le besoin de ce retour et c’est dans leur art que résonne la nature trans/armée en amour.. A à Q

Prenons cet exposé comme une réponse de Wagner à. la question de savoir ce ique signifie la musique de notre temps. Mais il tient encore en réserve une seconde réponse. Le rapport entre la musique et. la vie n’est past ’ seulement le rapport d’une espèce de langage à une autre espèce ; c’est aussi le rapport du monde parfait de Pauditiop au/monde complet de la vision. Considérée comme un phénomène visuel et comparée aux phénomèë nes antérieurs de la vie, l’existence des hommes actuels olfre cependant’le spectacle d’une pauvreté et d’un épuië ’ sement indicibles, malgré, son ineffable variété, dont seul le regard superficiel peut se satisfaire. Qulon aille donc y regarder de plus près pour analyser l’impression que produit cette multiple bigarrure. Ne croirait-on pas voir le scintillement d’une mosaïque dont les innombrables ’, ’· parcelles mouvantes sont toutes empruntées des civilisations passées ? Ici tout n’est-ii pas fastes déplacés, agitation simulée, dehors trompeurs ? Un vêtement dé-