Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/238

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de Bâle avait trouvé, à l’ermitage de Trebschen, près de Zurich, un accueil chaleureux et une cordialité qu’il avait ignorés jusqu’à ce jour. Pour la première fois, il entrait en contact intime avec un milieu véritablement supérieur et les idées de Wagner, développées au cours de longues conversations, ouvraient à sa juvénile intelligence des horizons à peine entrevus jusque là. D’autre part, Mme Cosima Wagner, la première femme de grand style qu’il eût rencontrée, révélait au savant, confiné dans ses études, — il avait vingt-quatre ans lorsqu’il fut nommé à Bâle en 1869 — de nouvelles façons de sentir et lui faisait connaître ces moralistes français dont il devait s’inspirer plus tard pour réaliser une œuvre si contraire aux doctrines wagnériennes.

Entre 1869 et 1873, Nietzsche fut souvent l’hôte assidu et choyé de Trebschen. De nombreux témoignages datant de cette époque font preuve, de part et d’autre, d’un attachement sincère. Quand l’œuvre de Bayreuth commença à prendre forme, Nietzsche s’y dévoua corps et âme. Il fut de toutes les réunions préparatoires, de tous les comités d’organisation et peu s’en fallut qu’il n’abandonnât la carrière universitaire pour s’improviser conférencier et collecteur, parcourant les pays allemands pour recueillir des fonds destinés à réaliser « le théâtre de l’avenir ».

Mais la propagande n’excluait pas la clairvoyance. Déjà Nietzsche jugeait froidement l’homme qu’il vénérait plus que tout autre. L’intimité de tous les jours lui avait révélé les petitesses dont le génie même le plus pur est rarement exempt. Doutait-il déjà de la grandeur de l’œuvre ? Le certain est que, dans les moments où il se livrait à un sévère examen de conscience, il se demandait si l’art wagnérien, dont il connaissait maintenant tous les détours, parviendrait jamais à réaliser les hautes espérances qu’il avait placées en lui. Et la mission de Wagner, à laquelle il croyait encore avec ferveur, lui semblait parfois s’égarer vers des considérations singulièrement terre à terre.

Au commencement de 1874, l’œuvre de Bayreuth parut soudain irrémédiablement compromise. Wagner s’était installé avec toute sa famille dans la petite ville bavaroise. Le théâtre-modèle était presque terminé, mais l’argent manquait pour parachever son aménagement intérieur et mettre en place la machinerie compliquée de