Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/274

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Paganini, Liszt et Wagner. Celui-ci était prédestiné autant à l’ « imitation » qu’à l’invention, prédestiné à créer dans l’art même de la contre façon ; son instinct a deviné tout ce qui peut être exploité et utilisé en vue de la diction musicale, de l’expression, de l’effet, de la fascination ; de la séduction. Médiateurs démoniaques et interprètes artistiques, tous trois devinrent et sont encore aujourd’hui les maîtres de tous les artistes exécutants. Tous ces artistes sont allés à leur école, c’est donc chez les comédiens et les musiciens de toute espèce qu’il faudra chercher le foyer et aussi l’origine du véritable « culte wagnérien ». Si l’on fait cependant abstraction de ces milieux à qui l’on peut concéder un droit à leur croyance et à leur superstition, et si l’on envisage l’aspect général de ces trois génies de comédiens et leur signification la plus secrète, je ne puis m’empêcher de soulever toujours la même question : Ce qui, chez tous trois, semble s’exprimer sous une forme nouvelle, n’est-ce pas peut-être simplement le vieil et éternel « Cagliostro », sous un déguisement nouveau, mis en scène encore une fois, « mis en musique », mis en religion, — conformément au goût du nouveau siècle (du siècle de la foule, comme je l’ai dit) ? Ce n’est donc plus le Cagliostro du siècle passé, séducteur d’une civilisation noble et fatiguée, c’est le Cagliostro démagogique. Et notre musique, au moyen de laquelle on fait ici des tours de magie, que signifie, je vous prie de me le dire, cette musique ?

II

1.

— « Donc, mon ami, il faut convenir, d’après son, jugement, lors même qu’on ne l’approuverait pas, qu’il a beaucoup aimé Wagner, car un adversaire ne va jamais aussi profondément au fond de son sujet, Il n’y a aucun doute,