Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


lors les aspirationsdeslhommes. Mais, là encore, il neïaut A pas qu’il s’arrête· De ce degré il devra s’élever au degré r supérieur. La culture n’exige pas seulement de lui ces expériences personnelles, non seulement Fappréciation du monde extérieur qui l’entoure, mais encore et prinà à ci pale ment uni acte déterminé, à savoir, la lutte pour la culture et la guerre à toutes les influences ; toutes les à habitudes, toutes les lois, toutes les institutions dans les ~’ quelles il ne reconnaît pasison but, la production du génie’.

Geluilà donc qui est capable de se placer sur le second (. r degré est frappé tout d’abord de voir combien ce but échappe généralement à la sphère de la connaissance, · combien, par contre, la préoccupation de la culture est h rqprp universelle et combien sont énormes les forces que l’on emploie à son service. On se demande avec étonnement · ’ si une pareille connaissance est indispensable. La naturel I ’ n’atteindrait-elle pas son but, lors même que le plus grand inombre saurait mal déterminer la raison de ses propres préoccupations ? Celui qui s’est habitué à croire ", i’ beaucoup enla finalité inconsciente de la nature n’aura » pas de peine à répondre : « Il en est ainsi ! Laissez les hommes dire et penser ce qu’ils veulent de leur but final, ils ont conscience qu’une obscure poussée les mène sur U’le droit chemin. » c e

Pour-pouvoir soulever ici des objections, il faut avoir vécu quelque peu ; mais celui qui est véritablement convaincu quec’est le but de la culture d’accélérer-a venue des ’. grands hommes et que la culture ne saurait avoir d’autre L but, et qui compare maintenant, celui-là s’aperces-ra que la formation d’un pareil homme, malgré tout Vétalage et la pompe de la culture, ne se distingue pas beaucoup