Page:Noël - Fin de vie (notes et souvenirs).djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


malades et qui ont guéri sont mes proches. Nous sommes frères par la souffrance. »

Dans la dernière, tout à fait mourant, il écrivait : « J’ai envie de relire toute ma correspondance avec toi ; voudrais-tu l’apporter ? »

Quatre ou cinq jours plus tard, sans que je l’aie revu, son enterrement, par sa volonté formellement exprimée, fut le premier dans notre famille qui se soit fait sans prêtre.


XXI


Explosion de grèves, les unes très justifiées, très sérieuses et dignes de toute sympathie ; les autres prématurées, sans raison et tout à fait ridicules.

Mais, quoique petitement conduit, au moins en France, le mouvement en son ensemble n’en est pas moins immense, universel, irrésistible ; cela dépasse de beaucoup l’affranchissement des communes au quatorzième siècle.

L’affranchissement actuel des travailleurs, affranchissement de la vie sur toute la surface du globe, est un événement d’une autre portée en étendue, en profondeur, en incalculables conséquences. Toute institution, toute classe, toute individualité s’y sent menacée.