Page:Noailles - Les Éblouissements, 1907.djvu/339

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
334
DÉLIRE D’UN SOIR D’ÉTÉ


Quand enfin, étendu sous l’amoureuse ivresse
Comme un mort dans la paix,
Vous sentiriez la jeune et puissante caresse
Vous combler de bienfaits,

Il resterait encore à votre immense abîme,
A vos larmes de sel,
Ce désespoir, ce mal, cette fièvre, ce crime,
Que rien n’est éternel…