Page:Noel - Le Rabelais de poche, 1860.djvu/184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


De nouveau il se promenait en disant ses patenôtres, mais il rentrait bientôt et se transportait en cuisine, pour savoir quel rôt était en broche.

Il soupait, recommençait à jouer, et il allait avec ses compagnons voir les garses (filles) d’alentour, et là petits banquets, collations et arrière-collations. Puis il dormait sans débrider jusqu’au lendemain huit heures. (L. 1. chap. XXI et XXII.)



Égyptiens. Leur écriture hiéroglyphique ne pouvait être entendue que de ceux qui connaissaient les vertus, propriétés et natures attribuées aux choses mêmes que représentaient leurs signes. (L. 1, chap. ix.)



Emprunteurs. Je me donne à saint Babolin, le bon saint, si je n’ai toute ma vie considéré les dettes comme une connexion et colligence des cieux et de la terre, et comme l'unique condition d’existence de l’humain lignage, je dis sans laquelle bientôt tous les hommes périraient ; je les considère comme cette grande âme de l’univers qui, selon les académiques, vivifie toute chose.

Représentez-vous, d’un esprit tranquille, l’idée et forme de quelque monde dans lequel ne seraient ni emprunteurs ni prêteurs, un monde sans dettes ! Là, entre les astres, nul cours régulier, tous seront en désarroi.