Page:Normand - Pensées de toutes les couleurs, Calmann-Lévy.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Faire « ce qu’on veut » n’est pas faire « ce qu’on voudrait ». Ce qu’on veut est limité ; ce qu’on voudrait est infini. Le premier se réalise… quelquefois ; le second, jamais.

Il n’y a que les jeunes gens pour parler des joies de la vieillesse.

Quand nous retrouvons un paysage après plusieurs années, il ne nous semble jamais exactement tel que nous l’avons laissé. Il n’a pas changé, cependant. Mais notre âme a vieilli, et c’est à travers notre âme que nous le voyons.