Page:Notices sur les rues de Nantes 1906.djvu/297

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Rue Saint-Denis
Deuxième arrondissement. Paroisse de Saint-Pierre.
De la place Dumoustier à la Haute-Grande-Rue.

Cette rue, appelée Racan sous la Révolution, prit son nom de l’église paroissiale Saint-Denis qui existait au numéro 9 et qui fut reconstruite au XVIIIe siècle. Le monument mesurait 54 pieds en façade et 60 en profondeur.




Rue Saint-Domingue
Quatrième arrondissement. Paroisse de la Madeleine.

Voie toute nouvelle, contiguë aux voies de triage du chemin de fer, et destinée à faire communiquer le quai des Antilles avec le boulevard Benoni-Goullin ; on la dénomma en 1905.




Rue Saint-Donatien
Deuxième arrondissement. Paroisse de Saint-Donatien.
De la rue Saint-Clément à la place des Enfants-Nantais.

A l’entrée, côté sud de la rue, un peu après sa séparation de la route de Paris, en face le mur du jardin du séminaire, et du côté opposé de la voie, se trouve le monument destiné à rappeler le souvenir du martyr des SS. Donatien et Rogatien. Ce monument se compose de bas-reliefs de bronze et de deux croix bretonnes taillées dans le granit, entourés d’une balustrade de pierre blanche ; il fut inauguré le 18 octobre 1896 ; il a remplacé deux croix de bois qui avaient été détruites en 1793, puis rétablies en 1816.

Le même souvenir est rappelé, au numéro 35 de la rue, par un bas-relief représentant deux cercueils surmontés d’une croix, entourés de palmes et avec les initiales D. R., et les dates 1793-1802. Cette maison est celle du boulanger qui, à ce moment, tint cachées dans un trou de sa muraille les reliques provenant du Trésor de la Cathédrale, aujourd’hui déposées à Saint-Donatien.