Page:Nouveau Larousse illustré, 1898, VII.djvu/201

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


—— lil'ïlilitïilA


"t‘y-un”). . n... ,n. i. in . 9- . L. , . ., ... ‘A M'ialii in, - '|I‘ 1-- Villl _ ,.._ . .1}. l Inlnnipllllldl‘ un III‘ .... , . A i. ....i...i..\v -n-\|n-..u.piiiu-nilt

A n .i r‘zl' n'a .i l‘illni\\._l\ a \ l.‘>li in. l. notni .Ul

..i .tr .l\n".i-I' .ir.-:il itii \l Lilniii w. .gmn \i‘:\ li "H'lri ..i ‘i‘Jlli l .n,

. _ >ri,_.... .«.- l‘_ «n I-vrtiiuw "l \\'s ÿ


r , .x'r :iwii. il .lu pl.i \: n'ii lu .iiiiiiiir

\ll'.4i I")li\1l\' ll‘ de . pliiti ieu l





.h- ri 1.4 lin-1.. il i‘n |-.— , iiwil .‘t i “un Illil‘ en l: i“. .mvu Il-‘lll .i ri.» 'nv'i'v ipi il .l 4||ii\“'51|' \ .iii_i vl Ja pi-in-‘in iiii'ninJi'vi-ipt'uinn'ti'ii' l’ii i

l .lm l‘fÀl'rJ‘il" .nt-w’nusaiil-‘u ‘ur la rami-ration des iiietti lyre. parlin »lrs .‘rii-tai-w. .vlv :r.‘.‘i-* il" l1 ‘irpillrmls >\Yl'iL" mu l .un,

II rnlruit .L l\ alumm t-w ’Ai; ...mitnl

i -nip.t;iiin . i ....i..i\1i . r,.. .iw—rt art. r! "l" ("70, nrni. \l‘\ imiuhruqx Illt‘n\"'f"\, il faut vitir sur- t “li son pu suit! fl‘iAltl‘ aux rwmr-‘c “il roulent -\-' lwr. .I‘u tutu" le 'urquun-W. al LI (abrirsziwi lu invirr. a lari "a la’n'i r :nr in le: li'..'.|iiv, a lin 'ui-at ".l .1i \ oursin. rtr x il n m 'iu' ph la pu.- l‘illll"

nie la l'i'inl“. in YIIHIh‘ nm l it il la Luc- et -lu«on\rii il lu \.'rre l.l,m. npnilnn “vin-n .].'._

ritritiv innnii «uns ln iiuni nie jnnrn’muv 1," l"‘qltlllllll‘. Lnu travaux ou il A m inlro peut u'ro le plus .l .irigiiialiii" ...nt rein qui nii' p-iur nl-p-l l histoire nllllll'l'ilt‘. ll s'atta- i‘luA l e'wle ii"\t rieiirr‘w et surluiit des lll\t‘i'll‘\‘ J’Inuu'f' Pu... yrrvti ,i i'huluirr «In-I Illsrf’l‘î A 17;“. mm un nuira; il \l‘il' uuturiio capitale. ,\ vos irsitaux. l in lui ralnrv w siirnwin «in Pune du xvm' siècle, il au: a,-uitor lvs ‘nli-ir'W ou il eîptw‘ ses recherches ther- mrvnlàlfivl‘l'“ l'Jl’llll w» r- THÉ. nous Cllt‘fUnS z Ennui-n III' l.‘ pu! «tu ilF'l‘iflle' lÎl“ 1 .N'ur fur! de faire rrlni‘c ri J'ælrvr ni i». m- munn 'lrn IIHI'GII! demain/nu ilîwi'. eti‘.

IÊAUIUBIACBSS irv'u'. 0‘ 011 RÉAUMURIÉES ireI-n'i n f pi. liwt. FJIIHH" <Ie nli-‘nttlé- w .i aux. un simple tribu iies taiiinri- - "A aïànl paiir l_\pn le L'euro I'uæ nizxt'iii‘mxtas

lll'iA :i-ii





ltiuliinur







4.... l‘ir’n‘

l)“ IPZÀK “V RUE

ntlinllutut: v-v vî. rri n. i“. i-il. Gnnra il.» r.«;.uniuriau-n ou. SUI' tant if“ nuti'uh‘. ilv tainariracûes. n On ili: 1H“! ntzu‘w'iirz.

"- PH ï- t. Lus rruuniuriu sont des plantes smin-l’ruti .‘niitvt, ule la rvg. in "l"dllf'ffnllv't‘llllv 4‘! rln l.\w« «mitrale. a (t‘llllil‘s ziltrrnes. lres rappr ion. aimin-s. LZiJllillll'S. Let tleizrn. wiivrnh‘invnt irinlll‘ilf‘\, A court pintuiiriiln. prr'v‘ntv'nt un allire rii-iinm-g-alr‘ ii Vin-i -il\‘lsl0l]! profunlm. une v‘ornllv ru'uuln'rn‘. A Pin. p 'alM; -le\ l'in'llll\’_‘\ lhv'l nv'imiiri‘u\ lll"'l'"l‘« sur i" rv' uv‘lv l.’ 'll’. mt une 'apsuln-tiii Hilaire s mu raiito‘ri-'in1\al\- s, La Ha“. .,-.. u. unrn 'r» -l Orient est t-iiipleyüe ventre la gale.

RÉAUIER Ii'Vl' v. a. Aunc-r de nouveau. nuux n in pi Phil-m Syi. dt‘lthlJäl'ES. Rut]: Tliit'illûill nm . \'. TALuMAn‘r. RMVERT‘IR ' r‘ t a. Avertir une seconde fois. man Jnn a tu lr-il't-I‘fl, '|'ll out i l‘i“nl“‘l‘ principa. il“) or l:I'\' 'v i in in tr‘n \i:v .' c.






Rc-miiniir‘ir- ci. "Hillll' Il» la fleur

mi REBABAB n. m. Instrument de mnSi-

l“! i,


I"\

T‘l'i \ .v M

Rc-‘inb


"ne parte 'pi-hle'iv i nrilf'a‘ RBBAB—TAIIHLER u iii li:\'î'lflli i.i :i

""‘-""‘ I‘ - ' t - ‘A ‘0‘ ‘Iiiun l .\1.l.:iiii\-

(an l plaira

pu" . 1‘ '- 1: v ...' ImADIGEONNER j u n.

"‘ lI

w l“ g l i

'n r


.ii ri: t» .... ...\ ni w


x ii “.11.


l'unitv‘t' 4" ri‘w > mu ‘ ix nri.ti v. l'Il'll/If il.» ph“.

uiiu. part 'J'r‘r pi' l w iylttn'tr Ai.


mais l l'l itlv‘i‘ul‘.

RCIAIGNDB A! 7m grief il * ii . un“.

Ennui. mi...

-/'i mil v. a [lai

.Ij .ii \

|'_'1'FV" nm \ '.ÎIÏi" lux in. n__i.e< i— .n L lnlll '.\:_-wr l w en. I in . -i:-. Huit... \ [man 11H e le l L'an l“ invatlnn .tu’l'4‘ li'l \i'» Q...., l .m u... s.» » ml nrn‘te-i dam lHun‘! \.\i]l ).r..-,_ i thym-“il nr . au liä si: “Ili' cru un avec vin il "i- .i. in "Îli' . u: ml. M .1 l! imam de f‘miinm- mr un .i tiirnt 'iIl titan-l Muni). Iln‘qrunl. l'iiiizli ‘Annil'fifif‘.



n‘a.


iln wiirm N .




liait

. Urpb-imit ogrirnle, uv‘ciipmt 1M ., ‘ b revu d‘une ahhavn fonder; var “un Ihinn 7‘14. [A H rle Notion lu vil“ hurle et tout xll'l! \lil‘ ' ou Acil fut lo preininr aimai, ÿ. Le union .i H t'-Illllll H

9 ni" 'I-Il'. muses b?) v. I baiser. Niibutter de nouveau.

Ajuster les rnrreuiix. :ipros la

\l-uiiiii\ illl" Sigiiitlnil punis oli

pr--iiii- ll' nup‘ I'JIXUIi ililo iililirochrs. puiir que ll' Nllil l \.\> i

REBAISSER ' t'" \

HCBALADE n I I lifl‘N!‘ uns ÛlH‘lllll ni‘nntiiliivw. «Iiii se l'ait ur illllliri llll‘lll peinliinl la tiitit. ilm I'Îlllhst‘lll‘t'lllltiull' puni“ lAl'I n. Iii-r le 'Iilll‘r et le liror nu peso iiii petit linteau trin pi ‘t w truiivv couche iin son long ilnns in l'unil ili‘ l'os piii’. un il full progresser llll llhl_\!‘ll il une lll'rlîill‘J

REBALER t. l| t'hnssor il la rt-biiliiile.

“CHALEUR ii. ni. l'i‘liii qui (liasse ù lit rôbiiltitle.

REBAT‘I‘ERE‘I‘ t’ltl'll"rt‘i n. ni. l‘utile hiii'hi‘lle à lilllll‘ lnlni‘i‘, .iuiit tIll au sert pour façonner l'nr-luiso.

REBANDER v. n. Ramier lll) nouveau : REUANlil-ZR un .u-r ilizinsnuit une Illiltt'.

.\l:ir. Ill'lnlnlh’l‘ iiu Iltlt'irt'. 1.0 mettre :iiix niitres

iiinires, ipiziiiil il est sur titi bord nti plus pros. Syn. de

l' nm: \'lRl.ll ni: nonn. (l'un iis.i

REBANNIR \’Iilvllir.i v. :i. liaiiiiir ile nouveau.

‘ RBBANQUBR i la“ \'. ll.‘| "rhum/nef (le ’Hll't'. \'Il't‘r «in bord vent devant. l‘illlll'i nii a nizinipie :‘i viri-r .iiiar. une. i. il 1h:- ,iuliilllll‘rflll tt‘rii. lizipiuuor nu \'elil (mur. muni.

RBBANQUETBR (A'I'. — Dnllltit‘ le l devant une syllabe iiiiiotie : Jc- rv‘luinquz'ile. Tii rrluiiiqiu'lln'iixi v. n. Banque- ter iln nnuii-nii.

BEBAPTISANT ibu—li-mn — rail. rebaptiser-i n. in. Nom Jeune. au Ill’ hli‘t‘li‘. a ceux des Culilulltllli'h qui. regardant comme nul le bapu‘me administre par les heri‘tiiiues , croyaient ilii'il devait Mre réitère quand ces baptisés rou- traioiit dans l'l‘l ylise. u On a ilit aussi REBAPTISATEUR.

——— l‘INt‘ch. L'opinion des rcùaplimnls n'était pas con- forme :l ln tradition apostolique, quinne faisant pas dépoli» ilre la valeur des sacrements ilu niorite de leurs ministres. nei'eptait des lors comme valide le baptême. donne par les hérétiques. c'est vers l'année '255 que cette question fut prisée pour la première fois. Saint Çyprieu. évêque de Car- ihnge. ‘rll parti pour les rebaptisants, appuyé par iine partie l e. l‘lfigliso «l'Afrique; mais il fut combattu énergi- quement par le pape saint Etienne. La persécution 'kia Valériun interrompit la qiierellozsaint Etieniie et. saint Cyprien moururent l'iin et l'autre pour la foi, on 257.

RBBAPTISATEUR n. m. Hist. relig. V. REDM‘TISANT.

REBAP’I‘ISATION (ha—[insa—si) n. f. Action de rebaptiser. V. REBAPTISANT.

REBAPTISER (bu-li) v. a. Baptiser une seconde fois.

RÉBARBATIE, IVE (de l'aiie. franc. se rebnrber [faire face ù lennemi, barbe contre barbe]) 8d). Rude et rebu- tnnt. comme tino barbe hérissée z Visage RHBARBATIF. Humeur RÈBARBATIV‘E.

REBARBE n. f. Ecoii. rur. Se (lit, dans les fromageries de Roquefort. des secondes raclures du fromage qu'on trans- forme en pains cylindriques. pour la consommation locale.

— chhn. Ebarbure qui se rencontre autour de l‘orifice percé dans un morceau de métal.

REBARBOUILLER (bon—il! [Il mll.]) v. a. Barbouiller do DOIIVEGH. REBARDEMENT (muni n. m. Action de rebarder.

REGARDER v. a. Art culin. Remettre des bardes de lard.

— Jarilin. Enlever un peu (le terre du faisceau des ra- cines d'une plante que l'on vient d'enlever de terre. pour qu'en la repiiluant. l'eau d'arrosage arrive plus aisément aux l'îlClllCS.

REBARRICADER (bit-ri) v. a. Barricadrr de nouveau.

REBASSINER (ba'si) v. a. Bassiner de nouveau.

REBA'I‘ (lin) n. in. Techn. Action «le rebattre les cerceaux et les douves d‘un tonneau, d'une futziille, pour les resserrer. — Fauconn. Action de lancer l'aiitour une seconde fais.

REBÂTER v. il. Remettre le bât à une bf-to de somme.

ii. liaini‘r iln nuin'i'aii



4‘88- l’ondiimentnlo sl colle-ci : li- nombre des partitions” ‘ tues est toujours dl\‘i\‘lbi0 inr deux. s'il y mieux émaux, trois s'il _v en n trois; les emi. urtitions se corrospon -‘ d'ailleurs exactement, et de toi e façon que. si l'une on“... '.

iiionco la riingoe. l'autre la termine. Oii obtient ainsi 1d. rmiirrpnlo, fasco. bande. barre. vergoté. burolé. cottage:

RDBA‘I‘TOIR (lui-loir'i n. m. Instrument. en forme V battoir ou batte, servant i‘i refouler et n rebattre les _ u iltios et les carreaux du terre. .

RBBA'I'I‘RD v. a. Battre de nouveau : RBBATI'RBIHII 'î Illi'ln de pouuidi'e. II Parcourir de nouveau z Chaucun

iiA'r'rasr et RKIM‘I‘TRNT la plaine. — l’nr oxt. Repeier inutilement et d'une manière

nuyeiise : Ri—ziwrmit souvent lit même chou.ii0n dit. - le llll‘fllû sens, nnunïnit Lus OREILLES. tintin-ru

uiuzii.i.i<s. _ — Blns. Re irodiiire plusieurs fois une pièca delon u .

—— Chass. C iieii qui reba! li'ii voies, Chien qui revient - sieurs fois sur les mômes voies. ‘

—— Jeux. [intuitive les nirtrs. Les mêler une seconde ri.

—— Miisiq. Répéter une note.

—— 'l'ci‘hn. Foulor les carreaux les rendre plus solides. Il Rabattre des meule: de m Les ri.- iqiier. n llelmtlre un tonneau, une fuiaille. En serrer es douves en frappant sur les cerceaux. pour chasser du côte de la boude. li Ilcbatlre un matelot, battre la laine avec des baguettes. et lo refaire.

— v. n. Se dit dos chiens qui tiennent la queue u i" et ilroite. ‘

Rebattu, ue art. pass. du v. Rebattre. —— Par ext. gui a été redit. répète souvent : Di

REHATTU. Minime REBAT‘I‘UE. Il Elrc n-hatlu d'une chou __- IIUOÏI' les oreiller rebattuea, Etre fatigué do l'entendre.

REBAUDER (b6) v. n. Mar. Virer de bord. (Peu us.) REBAUDIR (b6 —du préf. re, et de bniidir)\'.a. Flot .n chiens de la voix et du geste, pour les animer. les . n} — v. n. Se ilit des chiens (ui_relèvent la queue. ce qui fait juger qu ils sont sur . une piste. ' REBEC (luik' — anc. franc. rebebe, de l'arabe rabeb ou rebab. [V. ce metj) n. m. Sorte d'ancien violon en usage au moyen

âge.
























i I l

La“?

y .

.Ja—t‘ 55"

et, les briques a i .


‘m.i — u-frïo'f‘æ

Sec comme un rebt-c. Absolument desséché. Il Visage de reùec. Figure ridi- cule. personne à mine ratatineo. à nez crochu. ressemblant à la tête grimacante sculptée surlacoquille des anCiens rebecs.

— EXCYCL. L'o rebec était un instrument de musique à cordes et à archet. déri— vant du robab oriental. On l'appelait tan- tôt rebee (niase.). tantôt ruhèùm t'em.). Il fut longtem s en usage parmi les mènes- trels et ines jongleurs ti moyen âge. Ces espèces de petits violons ne sont connus que par lçl; niatures; il n'en existe plus un seul atljourd'hul.

cordes du rebec étaient accordées de quinte en u u:

REBEC (JOURNÉE. nt—zi, nom sous_lcquel on des" ni retraite de l’armée française en Italie 0524), dans] -

périt le chevalier Bayard.

RÉBECCA. femme du patriarche Isaac. La Geu ‘. fait mention à plusieurs reprises (ch.XX[V,XXV. I XXVlI). Fille de Bathuel. neveu d'Abraliam, elle tait la Mésopotamie. C‘est là qu'Eliézer. envoyé n. atriarehe pour chercher une epouso digne de ni? sanc, la rencontra au bord d'un puits et lui ofh'it de! sents au nom de son maître. Elle le conduisit t_ 2 meure de son père et, avec la permission de colin : suivit dans le pays de Chanaan. où. mariée avec l elle devint la mere d’Esai‘i et de Jacob. Pressé par v' mine. Isaac l‘emmena a Gérara, auprès du roi p li

.«wo— a...“ ...._.._,.








RBBÂTIR v. a. Biltir do nouveau. reconstruire : Les

Abimèlech. et, pour la protéger contre l'insolence r




JHIÎJ, un I'I’IUII" (le Itl t‘ilplii‘ilt". ma- ÿ _ njiTiRies‘r lv‘ temple (le Jériisulem.

Se rebâtir, v. pr. Litre rebâti.

RBBATTAGE Ulll-hlj‘ — rnii. 1'"- ImlIi-c‘i n. ni. .\riill. Soi-te de marte— lage qu'on faisait subir aux boulets sphiïriuues pour en égaliser la sur- face.

ÿ Techn. Action de lisser la sur- rw‘f‘ des briques. il Repiquage des iiimili-s ries moulins. Il RGSSI‘I‘I‘ o des (louves de tonneaux. (On adit u|l\\l lil’llA'l'. dans Ce sens.)

REBATTEMENT (lut - Il" mari — mil. mai/Ire) n. m. Blas. Repeti— tion iil‘\ pion-es honorables ou des l'infil'I-Ill\ d'un t‘en : Le [mle‘ est ob-

I. mi ,un- lu nmuTTicuiasT Il” pal. 1-in vri” Le I'i'llllHÆl/H‘Hf dimi- nuv in» Iliiiwiismns de la pince. mais i ni‘ i lIillIL'f‘ pas li- variit‘teri‘ de cellc< 'l. Un rencoit ami-nient l'impossi-


hilitf- iln rebzittri- romaines piùcos honorables. la urrmx par exemple; ‘ mais les autres ipnl. bannie. barre. Igiwr‘. "‘IÜYI'UÏH peuvent ntre ro— bzittiim un certain nombre de fois, 'llll. il illiii‘llf‘ u'exrenli- piinri‘ hiiit'. via :tii 'lrl: - l'Inll reliant-nient“. s Zippl'iif' n-mi-rlr. lzi fasi-e, Lin-fil». la bande ou la 'ulice ion hnnvlr- ou en barre). etc. Quand le nombre






Contre-pue de

Ya‘rzeb- de dil plÏ‘CC! d'argent et de gueuler.

Il: lècen d'argent a de gueules.

'" NM”: n‘aimons; est écu] ait nombre des interstices mr'. 'vn :i le piilr‘. [mu-fi. lmmlr'. liarri‘, uhci‘runm‘, t'a/nirelv‘. calice, etc. S'il s'agit des partitions. la loi

Rébecca et Ellezer, d'après N. Poussin (Louvre). J








litres. la ñt passer pour sa sœur. Plus tard. qui! - fitt (li-venu vieux et aveugle, RÔbOlÎd'n un de l" ‘ v pour (pie Jacob reçut. a la faveur d'un déguim 1 Î I

- 4

onediction que le patriarche croyait donner à 1 10-13) douno la raison -

ar laquelle Dieu v0» I OIIS.

Paul (Ep. aux llom., lX. tiello de cette substitution,

affirmer la gratuité do ses ,r — Iconogr. La rencontre d'Eliézer et de Ré - n fontaine a été représentée par un grand nombre tistes. Citons : Poussin (Lotivre); Claude Lorrain;m_ Coypel (au Louvr'o); Paul Véronose. au musée'do Giaeinto Gimignani. au alais Pitti; Lucas Giordunh musée de Dresde: le Gui e, au palais Pitti z Al. Mnfl} r (musée d'OrlrEans); Scbopin ; la Tintoret. Eugono vu'l beramps. etc. La composition ilo ce dernier comme une peinture d'Horar‘e Vernet (1834) sur la sujet. nnus otl'ro des costumes et des typosompm

aux Arabes (le l'Algérie.