Page:Nouveau Larousse illustré, 1898, VII.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


REÇU.“l‘l‘INSl'IMEN'l‘ — RECON

homo.“ ct. la ltutaorniiuu ut ro\nh‘ lor-lre-ln 54ml l

ln‘illlitivv‘tiii‘in A'I- .i ru Itir Le ne-und l".|l|l‘lf(' - .iiumuiimmtnn -i nnp-uliimin uiilitAi- i ..«. tilrr‘n ltlllvllIJl\P\ et li'ti ilullllulll. la

"in i. .i ure quo du médaillon i‘uiiiuio-


"muni."- li. , .4 .. n i. Al. tel


ni.“ furent rarn dans l'auttqnild


Le. ru vizipeun‘u u la rit-111! 'Yl.‘ ,Allt' rf"\‘ul)"li|l turion. par dm Illl’t‘l M 2-0 p0. Lit, le. IF(‘IvÛ\ .ivrl-i Situe l\uciiilili-n ..nuni.tuatt on a. tabla .lrn peu-uni- et gratili- atmin, et ion de u-riu lu huiiucuh pointus u la llll‘lllnll't' tll‘n

‘Y‘lnl\ immunes ll-quin Ion. ou .i donne des pensions il titre de revotiipcnte nationale t' l‘l‘llUS' M. l'UI'IIlIll‘ ru—

.ompençn poulain-un i-nge ilr‘n llJlill‘\. v lhr civ l'an Nrunwnuc est. dans lr' rilullllo iln lii roue—«munir. une indemnitc due n liin il-v- cpuiu par l.i romuiumuto un miprnquruietit. ou Ainsi par lllli 'lr‘s d‘un" A llllu‘fl. IA I‘tbmlllulttlul" duit uiin rw utiipi'iinv‘ .l lue des .Puu lorsqu un ituin-vuhle propre a I un dm epmix ayant etc tendu. le prix en n Mil tnhr‘ dam lu minium tutu“ un! remploi, il en ont do lul‘llll‘ ‘l la coiiiuilinnui-‘v a (audio le prit teM par llll propriotnirv punir se rcdiiiicr de union (ancien - tu a un h-‘riLige rropriv (C. rua. IN. m3.. IA "compense s'exerce sur os luniis lll‘ la communauto. Il la re- ompente r‘st due a l;i (l‘Illllll'. clin ut. en r.“ d intuitl-aucu. leurrer sur In ltll‘ll'î l‘i‘l‘sull— oeil du mari Tonte vô-‘ompeme se liquide a la Ill\\0lu-

tian de la I onimuululo. .

accentuant” Khan-pou. mm.) n m. reconpenerr. i‘i‘t.)

mm"!!! d'un-pou — du lAI rccnmprniiirrl v. a. ÏNOŒUIQH'I‘ I RH‘olt'nsnnl qui/qu'un il'ulii ’iri'lr.

— Accorder une Ncomprnnn : l'n Imi mnitrr mzrmt- rnu un urntnnc. wse dit de mtlme en parlant des chose- RINII‘IS‘“ unr bovin! .irtxeu.

— Par antiphr. l‘unir. infliger la peine due a une mau- vain action : Rn‘ournsn ml trnttre du au [mi-filtres.

—— Par est. Comprimer. rotrihuer: Une bonne récolte Inti-Lu. lu truruu du mltncutruri.

— Rkonpnurr le frllpl pente, Réparer une perte de

temps 80 récompenser, v. pr. l-Itrv récompensé : Lu belles

«trou tu rrnl cuf/immment si; itiu‘our‘itxnuu. — 5c A-lommnger si: ascem'nsssn tic m pertes.

l s’accorder une récompense.

Immult (kan-pan) n. m. Celui qui récompense. IS‘euiploio lu“! adjectiv. : Toit!" In nation. polict‘cl

Ml adieu du rima IKOII'DSKFRS et puniucura. (\'olt.)

mm .L-on) v. a. Compléter de nouveau. 8e "compléter. v. pr. Eim recomplôté.

[MIMI-l lkon) adj. Qui peut être recomposé z f'orps dkumponblc et montrons“.

emmena (kan) v. a. Composer de nouveau : cour-mu un: adminutmtian. Rncoupositit un Corpl.

-— Chim. Composer de nouveau en associant les élé— menu qu‘on avait isoles.

—- Typogr. Refaire la composition de '. RBCOII‘OSBR une

p.0! tonton m pdtc.

“composé, de art. pou. du v. Recomposer. — Bol. Se dit es feuilles composées deux fois ou a

deux defresm'est-rdiredont les divwions primaires sont

elles'm muromposces. Se recomposer, v. pr. Eiro recomposé : I'nc fou clé-

ronpour. tu grande pmpnrte nc Ml monceau pliu.

accourent-non - kan. u-on) n. f. Action de recomposer: résultat de cette action : Le dt‘tonl caillou et la linceul-o— II'I‘IO‘ dt la mort! au: nrcln barfarcn.

—— Fhim. Syn. de "mutins.

_ tinmm. Itrcnnipontuin romane; Phénomène phonè- tique 'Ilfltfullt‘l’ aux langue! romanes. ou les composés hlln! w sont compories comme s‘ils n'avaient pas subi dalteruuou- Vocaliun du fait même de la com osition. Mimi. le prolixe llllll re» + tract - il tient - n i onné en latin ntmrt. lequel est rvdeteuu en gallo-romain rctcncl. pour aboutir au français rrtmil.) ' —— Tyzroirr. Action dr recomposer ce qui niait deja com- pose . o iutcoiu'uamos «I'unc luiyr, d'une ligne.

encourue: honte)“. n m. Action de compter une seconde fuis : Il auront—nm; du cuir-r.

encouru kan-H» v a. f‘onipter de nouveau.

Minimum: n Il!) Uni peut Mre réconctlni : Deux 'IMMX lu conf qurrr urtr-irttîllduilfll,

laœonexuanun. mon in. n. l’orlonuc qui récon- (i l0.

accoutumance n. n-on. n. f llr‘llnn de reconct- linr, enn renultat - Sir prim- ri unr un u\1'lLlÀTII)N. — Paru. I"(0'lflllllll/III normrindr. Fnll'asll ri‘voni-ilmlinn, — eri . .\rtio ordonne] par lequel lin lit‘retiqun i-st Muni A l' .Rliui et aimons «in a ennrirr‘s encourues il (Jéro- munie qu‘on fait pour rrlnenir une relue PI'OÏÉIIH'N‘. H‘rvn. Kir. L'artion on «l‘pnration du I'flf‘is mi Mi divorce {Meurt par L1 rlrontiliutimi deu I-poiix, survenue lait de‘pme le! 'IILI alleuurn dans la demande. suit ilt‘pliH

Action de

R8-


cetui amande Le demandeur pont neanniuins llilt'lilt'l' une nouvelle aviron pourrause uirvunui- un dvvuut-i-rto dcpuu la reconnliaiinn. r‘l se i-ri-valmr du. .‘lll'lv'llllt‘\ causes a lappui dr sa dnruzind ‘_ L'IV .an .' ll i-l ,mî

— Llhll". Ifflrunriliiitimi il'uur it’llv l'iiv u-;li-v pru—

(anco v PIOI‘ANAIIIIS nr' ln‘ul plus \0F\'if :Illl 'ilLr .it.inl d'avoir lite purile‘ par une v: rrmonm \lIi-i lu opprim- neonruhalion. Colin FINI-"tutti" innniklh pr.... lump... dans une alpenwn avr-r un melnnw‘ il on" du i‘i-ndn- ri de vin Vient ldthqiin .lmn "ont" qui «luit faire la rm—nni l- Iiatioo d‘une eglue polluer. I.n plp". cependant. peut de. léguer, A cot effet. un ‘Impll‘ prêtre.

atooilaua‘ronu: lll .‘l'lj. Qui est propre :i prndiiirn la rlironcilintion. qui a pour bot la I'Ûfonnlllnllliii : lic. marrth alcosciiuroinm.

IÛCÇIŒLWT .u-lrman) n. m. .\- tien de ri'- on ’l- lier. (tu m'a“!!! 90v — lat. rft'onfllillr’. proprem - rani“- nrr. ra prorluÿr i il'r-‘nd dmix r de suite nuv 'll'lll preui, pers. p .dn hmp vin l'ind. N. du prr‘s. du suli, - Juin r.-.




qiinlqii iiii un du quel-lue i'liosc:

NAlTRE

-— lui—puni» .ln nidn plus favorables cur le compte de Cette bonne action me Ill-

II\I ti Il iii ri' t'lll Mollo. .\u mniplir ln riicont'illation. ll Se dit aussi du

prt‘tri- i.u| .1....nr l‘absolution npren avoir entendu une

.unt‘eni-in sacramentelle

Retenu/i6, ce pari. pans. du v. Recoiit-tlier. '

Se reconcmer, v. pr. Se racconiuiodi-r. redevenir amis.

v ftl'u'li‘lllf'r Ill'fC coi-milan. Apniner les reproches

d.- -.i conscience. ll Sr réceptrilicr aecc 1mm, lteiitrcr on

grzim ll\t‘\' lui.

si \. Accorder. nocommeder.

MCONCOURIR v. n. Coucourir de nouveau. RECONDAINER (dam!) v. a. Condamner de nouveau.

ancouni'riouuaa ini-o-m!) v. n. Eu 'l‘. de comin.. Re— iiii-itru un butiuo condition.

anconoumou ou RÉCONDUC‘I'ION (ku-on —— lnt. rc- ruuiturtioi n. f. Renouvellement d'un louage ou d'un bail n i'i-mie: RECONDUI‘I'ION n‘prcur. incite nacosnnm‘ios.

— Rut. L'Acadt'miin écrit récuurluclion. contre l'ana- logie d'abord. puisqu'elle écrit reconduire. et ensuite contre l'usage ndo itè par la plu art des spécialistes.

— ENCYCL. On istingue : 1° a reconduction cJ'prcnr. renouvellement du liail par i‘crii ou verbalement. par pa- rultis' ex iresses entre les parties; 2' la ttici'tr reconduction, renouve lement du litiil s'opnraiii par le fait de la continua— tion de Jouissance du preneur. sans opposition du bailleur. I-In principe. lorsque le bail est fait onr une durée do- icrmint‘e. il cosse parle seul fait do l' chcance du trme; toutefois. si. a l'expiration du temps convenu. le preneur reste t‘l est laisse cn possession. pondant un temps suffl- unnt our faire présumer. de la part des parties. l'inten- iion e prolonger les effets du contrat. il s'opère. par cet accord tacite. un nouveau hail (C. civ.. art. i738 et t'i'io). et c'est ce nouveau bail qu'on nomme lacilc reconduction. Le nouveau bail est censé fait en général. aux mêmes conditions que le bail primitif; maisi en difl'ère sur doux poian: t' Il est fait pour une durée non déterminée;

le cautionnement et les liyputhè uos consentis pour ne subststent pas

Y. Accoitunl.

assurer l'exécution du bail primiti «C. civ.. art. i740).

“CONDUIRE v. a. Accompagner au retour z La. route N'i'sl [nu sûre; prenez quelqu'un pour vous RECONDUIRB.

—— Accomp lier par civilité au départ : Racoxooms unc dame jusqu d sa voiture. n lroniq. Econduire. ex ulser : ltucosnmau un insolent à coups de bâton. ll Recmi uirc un uclrur. Le siffler quand il sort de scène. _ Se reconduire. v. pr. Se faire mutuellement la conduitp. RECONDUISEUR n. m. Celui qui reconduit. “CONDUITE. n. f. Action de reconduire :La. RECON-

DUlTB cat'une mni'que de politesse. ' — lroniq. Action d'expulser. de chasser : S’il ose venir,

faiteblui la nacrmnurrit qu'il mérite.

RECONPESSER (fé-ce') v. a. Confesser de nouveau. Se reconfesser, v. pr. Se confesser de nonveau.

REGONPINEB v. a. Confiner de nouveau. RECONNRKATION (ri—on) n. f. Nouvelle confirmation. momamnn v. a. Confirmer de nouveau.

RECONYISQUER (ské) v. a. Coulisquer de nouveau.

connalt cire le

mncc de natalité. Acte ù'th pour instituer un tlef ou iial d'une institution de ([0in pour

que—la q rivent a qucntel rlttua le théâtre antique.

sition d'une terre. d'un dan indiquer des passe naissance. Signaux deux navires entre eux sauce de douane.

tier des indications sur l'ennemi. sur la topographie du thélltre de la -»

confiées a la cavalerie dans le service d'e I r r d'autres rentrent dans les attributions du service de il;

' toutes les fois u’il le croit utile. et pardon troupes


nacouron'r (fnr' —- subst. vcrh. de réconforter) n. m. Consolation. secours dans l'affiiction. |I Secours dans le bo— som : l/nc petite comme est par-foin un grand ancosvowr.

RÉCONPORTAN‘I‘ (tan). ANTE adj. Qui réconforte, qui apporte du réconfort : Breuvage necosron'rm'r.

— n. m. Médicament ou aliment qui réconforte : Prendre des RÉCONFOBTANTS. -

ntcortron'mm. m (rad. réconforter) adj. Se dit dos substances médicamenteuses ou nutritives dont l'etfet se- rait de donner du ton. de la vigueur aux organes.

-— n. m. Substance réconfortativo : Le bon uin ut un RÉ- CONFORTATIF. n On dit plutôt RÉCONFORTANT.

Racourom'a'rmu (ci-on) n. t'. Action de réconforter.

RÉÆONFORTER (renforcement de conforter) v. a. Forti- tier. donner de la vigueur. du ton a : Cette liqueur m’a macaron-riz.

-— Relever le courage. la force morale de : La conscience d'avoir iu'l Ir bien nous Ri’tcoNron'ris.

Se t‘ conforter, v. pr. Etre réconforté. reprendre des forces -. L'cxtumac sa uécom—‘on‘ra ar un usage modq'ré des [tutti/tira. n Se donner des forces: n RÊCDNFORTEE en bien llllltlnl. u Réconforter à soi : SE nûcosronm l'cctomac.

—- l-'i . Sc réconforter de quelque chose, S'en trouver bien. i\ x.)

RECONI'HONTATION (li-on — rad. reconfronlcrl n. f. Nouvelle confrontation; action do reconfrouter. n Repré- scnlntion faite a l'accuse des témoins qui ont dépose contre llli. i‘. Confrontation de deux complices qui se sont accusés l’iiii l'autre.

RECONPRONTER v. a. Confronter de nouveau.

RECONJURBR v. a. Conjurer de nouveau.

RECONNAISSABLE fko-nc-mhl') adj. Que l'on peut ro- connnltro : Il rat si changé qu’il n'ut piu BECONNMSSABLS.

RECONNAISSANCE [Ira-lièntttnu —— rad. reconnallre) n. f. .\rlu du l‘esprit. qui si- rappelle comme connu: antérieure- ment In personne ou l'objet actuellement résout : Entre ,w: mnnu qui tic ne conf plu t'iicl depuic f l longtempc. la un. tiNNAlS\AN"K nc .u' fuit plu tout de cuite.

-- Exploration : l"uirc une RECONNAISSANCE en Afrique.

—— Action d'admettre comme lé al. authentique z La nm nssususrit it'uu droit. nllction accepter comme pou- VUII‘ li-gnicnicni existant : RECONNAISSANCE d'un souverain.

-— Examen dt—taillti: Faire la RECONNAISSANCE du lieux. n Vérification : La “constituantes du delta.

— Acte par lequel no reconnaît l'existence d'une obli- uni'mn : Il m’a pnw‘ une nncnitnisuiics de la rente gu'il mr doit. n Reçu d'un de Ot, délivré par on mont-de. listé.

— Pop. Il u min ni cmmc au mont-dc-piété et i en a ,wnlu [Il rrcminaiuaiicc. 1l aquitte sa femme et il no lion! pas n In reprendre.

-— Aveu.ronfosmon.

.\.\IN\ i511: rl‘unc foute. —- Gratitude. atl'ectueux souvenir de! bienfaits recul :

déclaration affirmative: La ascoxc


(mutinerie. Out ro-u rdranrilnrs v. a. Rdta lir l'accord. lamine. Itiarmome entre : Rumsctnixa du ennemi).

) Vont pouce: compter ntr nu: monumental.


— Récompean par laquelle on ramenait un e

— Dr. Reconnu mm: 'cnfiuit, Acte ar lequel re ou la more d‘un en ont nat iiipoiiition prise par l'un du deux son ‘ '







-— Dr. cout.

en faveur de l'autre. il liccomiainance d'année et - principe qui la faisait. une espèce biens actuels. et par laquelle il a'obligeait tacite les conserver pour celui lite d'aine. con principal lieri er.

ut. Dcclarntion qui contenait. de la panda » > d'institution contractuelle de .'

des enfants qui serait. en u once féodale ou R . ' nomment unité vers le m- . our renouveler le contrat cf. _ii Itcconntti'utmcc d' w Déclaration que l'on passait au terrier d'un cal les héritages que l'en tenait de lui l cenl. ' _ — Littor. Action des personnagel qui. igno i

ni ils sont ou les iens qui existent entre . « découvrir la vcriie z Lcr “comme.

— Fdod. Acte de recaun





--'v w--. “9......

— Mur. Opération ayant pour but de s'assurera. A . cr. etc. ii Marque . V ' ‘ s ou des angernm Sipnouei _, faits par un navire a la terre ou . pour se reconoaltronill ' ‘ Certificat de visite de la douane. —— Milit. Opération ayant pour but de dcooitvrlretti la position ou les mouv '

av.-







gratitude. V. OBA'I'I'I'UDI-

—— 5‘ 'N. Reconnaissance. _ artie des ncannaium

-— bscvcn. Milit. Une p



nuitamment de ces reconnaissances. en uelque

lndèp le commandement ait

normales et journalières.


lement dési n es a cet etfet. des reconnaissance pour objet d ap récier les distances. l'état des clic w n configuration u terrain. d'explorer le! positions ' sives à occuper en cas d'ofl'enstve ou de retraite. . Les reconnuiutzncn dites off exécutdes avec des forces souvo but est d‘oin er l'ennemi a montrer ses forcespeqr résister et a. es grouper sur les positions on l'on." - .-













pose de l'attaquer. l —— Dr. Reconnaiuancc der enfant: naturelc. La. deux classes d‘enfants nos hors mar' e: la! naturels simples: 2' les enfants n68 un comm

cestueux ou adultérin. Ce n'est qu'en faveur d_

naturels simples que la reconnaissance est in} art. 335 et 342). Cette reconnaissance peut être se taire, soit judiciaire ou forcée.

La reconnaissance volontaire peut être canton l‘acte de naissance. ou bien elle eut avoir lieu i i rament. par un acte séparé. éta li par un notaire. un officier de l'état civil (art. 335 et ce).

La reconnaissance peut être faite par les re ou par l'un d'eux seulement. soit personne ont

ar un mandataire muni d'une procuration. _

Un époux peut reconnaltro. pendant le mariage. '74) fant naturel qu'il aurait eu. précédemment. di personne que son conjoint; mais cette reconnut peut nuire nt au conjomt ni aux enfants 165i n du mariage: elle produit son effet après la iswl i mariage. s'il n'en reste pas d'enfants (art. 331). Z

A défaut de reconnaissance volontaire. il peut. quête de l'enfant. intervenir. par voie de j 1 2 u . reconnaissance forcée. Mais une telle reconn n n‘est. en rincipe. admise que par_ra port à. A l'éga du père. elle ne peut avoir ion qu'en i cas : celui d'enlèvement de la more. si l'épo ne - vement et celle de la conception coin 'dent art ,

La reconnaissance établit un lien civil de p . i I " l'enfant et la personne qui l'a reconnu. sans qng. dant. ce lien rattache l'enfant aux parents de son do sa mère ; elle permet a l'enfant o l pore. ou celui de sa mère. s'il n‘a colle-ci: elle fait nattro entre l'enfant et ses n des obligations d'aliments et des droite de. — Dr. intern. Reconnniuancc_ d'ÉlatJ. _UII qu'il est né. jouit de la souveraineté. Man il‘ cice de celle-ci que s'il est reconnu par les in La reconnaissance est pour ces derniers un ment libre '. elle peut être ex resse ou tuile.“ un acte di lomatiquo. être 'olijet d'une dd cian ou r sulter du fait d'entamer des né . rapports diplomatiques. Pour qu‘une agr tien v

uisse avoir un titre a la reconnaissance en q - il faut qu'elle ait la volonté et la force de rein les autres puissances les devoirs normaux d'

connu. _

RECONNAISSAN'I‘ (ko-nê-ran , reconnaissance. de la gratitu o d'un car-vice rendu.

RECONNAISSBIIENT (ko—ne-Ie-manl n. in. fait des carreaux de pierre r

semant que l'on neotmtussaun ko—ne-reur’).nuan n_.P '

gce de reconnaitre. e faire une recoan

mouimh'nn (ko-nèlr' — du lat. rcoog peler. examiner. Se conjugue comme cana rap eler comme antérieurement connu : ' ami qu’on n'a pas vu depuis longtempc. _

— Constater par que que signe lidenuü court/il? a une balafre qu il avait ou front.

— Retrouver comme on avait connu t Il i mua bien Id. .

— Parvenir a constater. a apercevoir. td i “a A “connu con innocence.

— Admettre comme vrai. 1'le un principe. une vérité.

— Avouer. confesser: Raoosmlfltl Ion -

— s‘avouer auteur de : RECONNAI'I‘RI‘ Ial' .

-— Déclarer qu'on est le père ou la more de safran un enfant. .

— Rédiger. signer une reconnaissance de t TRB une redevance. une rente.

— Considérer. et traiter comme ayant une officielle : Raconte/tirait un ouuemcmant. ‘




















tuera adj. .

Sire w;











comme certain-8 . L.

n

l r 4......


— Considcror. examiner : sceau/tira: la ld— Montrer de la gratitude pour : nm t. _