Page:ONU - Résolutions et décisions du conseil de sécurité, 1962.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


au Chef d’état-major de l’Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve en Palestine devaient le faire à cette séance, et que le Chef d’étatmajor y répondrait à la séance suivante.


A la 1001e séance, le 4 avril 1962, le Conseil a décidé d’annexer au compte rendu de cette séance les réponses écrites que le Chef d’état-major de l’Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve en Palestine présentait aux questions qui lui avaient été posées à la séance précédente.


171 (1962). Résolution du 9 avril 1962
[S/5111]

Le Conseil de sécurité,

Rappelant ses résolutions 54 (1948) du 15 juillet 1948 et 93 (1951) du 18 mai 1951,

Ayant examiné le rapport[1] du Chef d’état-major de l'Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve en Palestine sur les activités militaires dans la région du lac de Tibériade et dans la zone démilitarisée, Ayant entendu les déclarations des représentants de la Syrie et d’Israël,

Profondément préoccupé par les événements qui se sont produits dans la région en violation de la Charte des Nations Unies et de la Convention d’armistice général syro-israélienne[2],

Rappelant en particulier les dispositions du paragraphe 4 de l’Article 2 de la Charte et de l’article 1 de la Convention d’armistice général,

Notant avec satisfaction qu’un cessez-le-feu est intervenu,

1. Déplore les hostilités qui ont commencé le 8 mars 1962 entre la Syrie et Israël et invite les deux gouvernements intéressés à s’acquitter des obligations que leur fait le paragraphe 4 de l’Article 2 de la Charte en s’abstenant de la menace ainsi que de l’emploi de la force;

2. Réaffirme sa résolution 111 (1956) du 19 janvier 1956 dans laquelle il a condamné les actions militaires menées par Israël en violation des dispositions de la Convention d’armistice général, qu’elles aient été ou non entreprises par représailles;

3. Juge que l’attaque israélienne du 16-17 mars 1962 constitue une violation flagrante de cette résolution, et invite Israël à s’abstenir scrupuleusement de toute action de cette nature a l’avenir;

4. Approuve les mesures recommandées par le Chef d’état-major pour mettre l’Organisme chargé de la surveillance de la trêve mieux à même de maintenir et

  1. Ibid., documents S/5102 et Add.1.
  2. Procès-verbaux officiels du Conseil de sécurité, quatrième année, Supplément spécial n° 2.