Page:Octave Mirbeau Les Mémoires de mon ami 1920.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


que je me saoule de temps en temps, et que de me saouler ça me nettoie la carcasse. Mais la femme ! Mais les gosses ! Ils n’ont pas toujours de quoi manger à leur faim ! Ça, c’est vrai, que si je buvais moins, ils pourraient peut-être manger plus ! Mais, si je ne buvais pas, il y a longtemps que je serais mort !… Alors, quoi faire ?

— Est-ce qu’il n’y a personne qui s’occupe de vous ?

— Il y en a quelques-unes. On ne veut pas les entendre. On n’entend jamais que ceux qui font les lois. Et toutes les lois sont contre nous ! C’est bien simple !… Il faut, à l’homme, pour vivre cent mètres cubes d’air pur, par vingt-quatre heures, au-dessous de quoi, c’est l’asphyxie. Or, nos logements n’ont en moyenne qu’une capacité de trente mètres… et dans ces trente mètres sont entassés la famille, le chien, le chat, les oiseaux, sans compter les fleurs qui exhalent de l’acide carbonique durant toute une nuit de huit heures. Ajoutez que, le plus souvent, ces trente mètres ne forment qu’une seule pièce, tout à la fois cuisine et chambre à coucher, que la cheminée ou le fourneau rebelle, la lampe qui fume, prennent l’oxygène utile et rejettent les gaz dangereux. Ajoutez aussi qu’à chaque entrebâillement de la porte, entre de l’air qui a passé de chambre en chambre, dans toute la maison, qui est allé sentir les alvéoles pulmonaires d’un tuberculeux d’en haut, d’un catarrheux d’en bas, qui a passé sur de la diphtérie, de la fièvre typhoïde, de la scarlatine. Conclusion : maladie et misère, et finalement mort… J’aime mieux me saouler.

Il fut pris d’une quinte de toux qui lui déchira la poitrine. Après quoi :

— Et vous… me dit-il, vous êtes un enfant de bourgeois…, et vous ne semblez guère plus heureux que moi !

Je répondis gravement :

— Oh ! moi… Depuis que j’ai vu tant de misères, je sens que je ne serai jamais plus heureux…

Et un immense désespoir entra en moi.

Ce n’est seulement que dans l’après-midi que je fus amené chez le juge d’instruction. Le camelot m’y avait précédé. Je le vis dans les couloirs du Palais de Justice, qui marchait, la tête basse et la mine navrée, entre deux gendarmes.