Page:Oligny - Le Talisman du pharaon, 1929.djvu/129

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
129
LE TALISMAN DU PHARAON

inspirent de plus grande répulsion que les reptiles. Ces animaux hideux sont repoussants sous tous les rapports : la vue de leurs inhabiles mouvements, le toucher de leur corps froid provoquent un recul instinctif.

Mais parmi toutes ces bêtes immondes, le crocodile est peut-être le plus monstrueux.

Son aspect est hideux : cette tête allongée, deux fois plus longue que large, percée de petits yeux, cette gueule affreuse, à mâchoires terribles, pourvues de soixante-huit dents aiguës provoquent à qui les voit un sursaut d’horreur.

Mais si le crocodile se meut difficilement à terre, il nage merveilleusement, grâce à ses pattes palmées et à sa queue aplatie. Dans les grands fleuves africains, on a trouvé de ces affreux sauriens dont la taille atteignait de six à huit mètres, véritables bêtes d’Apocalypse, presque invulnérables puisque les balles ricochent sur leur épaisse carapace.

Ces hideuses bêtes étaient parmi les animaux sacrés de l’ancienne Égypte, avec les ibis et les scarabées… On en trouve encore beaucoup dans le Nil où ils attirent, par leurs cris, assez semblables à la plainte d’un enfant, le voyageur inexpérimenté. Mal-