Page:Orain - Au pays de Rennes.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
71
LE LYCÉE

d’armes modernes françaises et étrangères, et un certain nombre de portraits de personnages bretons qui sont venus augmenter la collection d’iconographie.


LE LYCÉE


Au VIIIe siècle, Charlemagne ordonna aux prêtres de son empire, de tenir école dans leurs paroisses.

On ignore la date précise du premier établissement d’instruction publique à Rennes ; mais ce que l’on sait, c’est qu’en 1035, Guérin, évêque de Rennes installa un maître d’école dans sa ville épiscopale. Ce maître s’appelait Incomaris. Pour le rendre indépendant l’évêque en fit un dignitaire de son église, lui assura une pension et lui donna un hôtel à l’entrée de la rue des Dames.

Les successeurs d’Incomaris prirent le nom de maîtres des écoles. Ils étaient chargés d’examiner et de recevoir les maîtres de tout le diocèse.

En 1492, la maison d’école de Rennes était située rue de la Cordonnerie, actuellement rue de la Monnaie. Elle se trouva bientôt insuffisante en raison du nombre croissant des élèves et alors la communauté de ville fit construire à ses frais un nouvel édifice sur le placis de la vieille Monnaie (aujourd’hui place Saint-Pierre), tout à côté de la chapelle Saint-Martin.