Page:Ostervald - La Sainte Bible, 1867.djvu/905

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


15 Si je faisais passer les mauvaises bêtes par ce pays-là et qu’elles le rendissent désolé, tellement que ce ne fût que désolation, sans qu’il y eût personne qui y passât, à cause des bêtes ;

16 et que ces trois hommes-là s’y trouvassent, je suis vivant, dit le Seigneur l’Éternel, qu’ils ne délivreraient ni fils ni filles ; mais eux seuls seraient délivrés, et le pays ne sera que désolation.

17 Ou, si je faisais venir l’épée sur ce pays-là, et que je disse : Que l’épée passe par le pays et en retranche tant les hommes que les bêtes ;

18 et que ces trois hommes-là s’y trouvassent, je suis vivant, dit le Seigneur l’Éternel, qu’ils ne délivreraient ni fils ni filles ; mais eux seuls seraient délivrés.

19 Ou si j’envoyais la mortalité sur ce pays-là, et que je répandisse ma colère contre lui, avec le sang, pour en retrancher tant les hommes que les bêtes ;

20 et que Noé, Daniel et Job s’y trouvassent, je suis vivant, dit le Seigneur l’Éternel, qu’ils ne délivreraient ni fils ni filles ; mais eux délivreraient leurs âmes par leur justice.

21 Mais voici ce qu’a dit le Seigneur l’Éternel : Combien plus quand j’aurai envoyé mes quatre mauvaises punitions, savoir, l’épée, et la famine, et les mauvaises bêtes, et la mortalité contre Jérusalem, pour en retrancher tant les hommes que les bêtes ?

22 Et cependant, voici, quelques réchappés y demeureront de reste, savoir, ceux qu’on va faire sortir, et fils et filles, voici, ils vont venir vers vous, et vous verrez leur train et leurs actions, et vous serez rendus contents du mal que j’aurai fait venir contre Jérusalem, savoir, tout ce que j’aurai fait venir sur elle.

23 Même vous en serez rendus contents, lorsque vous aurez vu leur train et leurs actions ; et vous reconnaîtrez que je n’aurai point fait sans cause tout ce que j’aurai fait en elle, dit le Seigneur l’Éternel.



Jérusalem représentée par le bois de la vigne.


1 La parole de l’Éternel me fut encore adressée, et il me dit :

2 Fils de l’homme, que vaut le bois de la vigne plus que les autres bois, et les sarments plus que ce qui est aux arbres d’une forêt ?

3 En prendra-t-on du bois pour en faire quelque ouvrage, ou en prendra-t-on une cheville pour y pendre quelque chose ?

4 Voici, on le met au feu pour être consumé ; le feu en consume aussitôt les deux bouts ; le milieu de même est réduit en cendres : sera-t-il bon à quelque chose ?

5 Voici, quand il est entier, on n’en fait aucun ouvrage ; combien moins, quand le feu l’aura consumé et qu’il sera brûlé, sera-t-il propre pour quelque ouvrage ?

6 C’est pourquoi, ainsi a dit le Seigneur l’Éternel : Comme le bois de la vigne est tel entre les arbres des forêts, que je l’ai destiné au feu pour être consumé, ainsi je livrerai les habitants de Jérusalem ;

7 et je dresserai ma face contre eux. Seront-ils sortis du feu ? Le feu les consumera encore, et vous saurez que je suis l’Éternel, quand j’aurai dressé ma face contre eux.

8 Et je ferai que le pays ne sera que désolation, parce qu’ils ont persévéré dans leur prévarication, dit le Seigneur, l’Éternel.



Grâces de Dieu envers son Eglise. Ingratitude de celle-ci.


1 La parole de l’Éternel me fut aussi adressée et il me dit :

2 Fils de l’homme, fais connaître à Jérusalem ses abominations ;

3 Et dis : Ainsi a dit le Seigneur l’Éternel à Jérusalem : Tu as tiré ton extraction et ta naissance du pays des Cananéens ; ton père était Amorrhéen, et ta mère était Héthienne.

4 Et pour ce qui est de ta naissance, ton nombril ne fut point coupé au jour que tu naquis, et tu ne fus