Page:Ovide - Œuvres complètes, Nisard, 1850.djvu/391

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
363
les métamorphoses

et les forêts entières ; j’ordonne aux montagnes de trembler, à la terre de mugir, aux mânes de sortir du fond de leurs tombeaux ; et toi aussi, lune, je t’attire vers moi, malgré l’airain de Témèse qui allège tes souffrances ; mes chants font même pâlir le char de mon aïeul, et mes poisons pâlir l’Aurore. À ma voix, vous avez amorti l’haleine enflammée des taureaux, et courbé leur tête indocile sous le poids de la charrue. Vous avez animé les enfants du dragon à tourner contre eux-mêmes leurs propres fureurs. Vous avez enseveli dans le sommeil, qu’il ignorait encore, le gardien de la Toison, et, trompant sa vigilance, vous avez fait passer ce trésor au sein de la Grèce. Il me faut maintenant des sucs qui ramènent un vieillard à la fleur de ses ans, et lui rendent, en le renouvelant, sa première jeunesse. Oui, vous me les accorderez ; ce n’est pas en vain que les astres ont brillé de tant d’éclat ; ce n’est pas en vain que ce char, traîné par des dragons ailés, est descendu vers moi ». Près d’elle, en effet, était un char descendu des cieux.

Elle y monte, et caressant le cou des dragons soumis au frein, elle agite les rênes légères et s’élève, emportée par un essor rapide ; du haut des airs elle abaisse ses regards sur la Thessalie, sur Tempé, et dirige ses dragons vers la contrée que domine l’Œta ; elle examine les herbes que produit l’Ossa et celles qui croissent sur la cime du Pélion, sur l’Othrys, sur le Pinde, et sur l’Olympe, plus élevé encore que le Pinde ; parmi celles dont elle a besoin, elle en arrache quelques-unes avec leur racine, et fait tomber les autres sous le tranchant de sa faux d’airain. Elle trouve un grand nombre de simples propres à ses enchantements sur les bords de l’Apidane et sur ceux de l’Amphryse ; et toi, Enipée, tu payas aussi ton tribut : les eaux du Pénée, celles du Sperchius, et les rives du Boebès, couvertes de joncs, n’en furent point affranchies. Elle cueille non loin d’Eubée dans les champs d’Anthédon une herbe puissante, mais qui n’était pas célèbre encore par la métamorphose de Glaucus. Déjà le neuvième jour et la neuvième nuit l’avaient vue sur son char, conduit par des serpents ailés, parcourir en tous sens les campagnes. À son retour, les serpents, qui n’avaient ressenti la vertu des simples que par leur odeur, dépouillent leur peau ridée par la vieillesse.

Elle arrive et s’arrête au seuil de son palais, devant la porte, sans autre abri que la voûte des cieux ; elle évite tout contact avec les hommes, et élève deux autels de gazon, l’un à droite, en l’honneur d’Hécate, l’autre à gauche, en l’honneur de Juventa. Après les avoir couronnés de verveine et d’agrestes rameaux, elle creuse non loin de là deux fosses dans le sein de la terre, et célèbre un sacrifice. Elle plonge un couteau dans la gorge d’une brebis noire, et fait couler son sang dans les fosses béantes ; d’une coupe elle épanche la liqueur de Bacchus ; elle épanche d’un vase d’airain du lait