Page:Ovide - Œuvres complètes, Nisard, 1850.djvu/394

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
366
les métamorphoses

d’entre elles devient impie la première, et commet un crime pour ne pas être criminelle. Aucune cependant n’ose suivre des yeux les coups qu’elle porte ; elles détournent leurs regards, et leurs mains cruelles multiplient aveuglément les blessures. Pélias, baigné dans son sang, soulève sur sa couche ses membres à demi mutilés, et s’efforce d’en sortir ; il tend au milieu de tous ces glaives ses bras décolorés. « Que faites-vous, mes filles ? dit-il ; quelle fureur vous arme contre les jours de votre père ? » Elles sentent leur cœur et leurs mains défaillir. Il allait parler encore : mais la princesse de Colchide étouffe sa voix en le frappant à la gorge, et plonge ses membres déchirés dans l’airain bouillonnant.

Si les dragons ailés ne l’avaient emportée dans les airs, elle n’aurait pas échappé au châtiment : mais elle s’élève en fuyant au-dessus des forêts qui ombragent le Pélion, et de la demeure de Philyra, au-dessus de l’Othrys et des lieux célèbres par l’aventure de l’antique Cérambus. Soutenu dans les airs sur des ailes qu’il avait reçues des Nymphes, à l’époque où la terre était ensevelie sous les eaux répandues à sa surface, il se déroba au déluge de Deucalion. Medée laisse à sa gauche Pitane d’Eolie, et le simulacre de pierre du monstrueux serpent, et la forêt de l’Ida, où Bacchus cacha, sous la forme mensongère d’un cerf, le taureau dérobé par son fils ; et la contrée où le père de Coryte repose sous un sable léger ; et les champs qu’épouvantèrent les nouveaux aboiements de Méra ; et la ville d’Eurypyle, où les femmes de Cos virent leurs fronts s’armer de cornes, au moment où s’éloignait le troupeau d’Hercule ; et Rhodes, chère à Phébus ; et Ialysie, séjour des Telchines, dont les regards corrompaient toute chose, et que Jupiter indigné précipita dans l’humide empire de son frère. Elle franchit aussi les remparts de Carthée et l’antique Céos, où, sous les yeux d’Alcidamas étonné, une douce colombe devait naître un jour du corps de sa fille. Elle découvre ensuite le lac d’Ilyrie, et Tempé, devenue célèbre par la soudaine métamorphose de Cycnus : là, Phyllius, pour plaire à un enfant, lui donna des oiseaux apprivoisés, et un lion farouche qu’il avait dompté : il lui fallut encore vaincre un taureau, il le vainquit ; mais irrité des mépris prodigués à son amour, il refusa ce taureau demandé comme gage suprême. L’enfant indigné lui dit : « Tu voudras me le donner », et il s’élance du haut d’un rocher. On crut qu’il allait tomber ; mais, changé en cygne, il se balançait dans les airs sur des ailes blanches comme la neige. Ilyrie, sa mère, ignorant qu’il était sauvé, se fondit en larmes et forma le lac qui porte son nom. Près de là s’élève Pleuron, qui vit la fille d’Ophius, Combé, échapper, sur des ailes tremblantes, aux coups de