Page:Ovide - Œuvres complètes, Nisard, 1850.djvu/400

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
372
les métamorphoses

mourant de la peur de la mort, et préviennent eux-mêmes l’heure fatale qui s’avance. On ne conduit plus avec solennité les cortèges funèbres ; les portes de la ville ne s’ouvrent pas assez pour tant de funérailles : les cadavres gisent sans sépulture, ou sont livrés au bûcher sans avoir reçu les dons accoutumés. Plus de respect pour les morts : on se bat pour un bûcher, et plusieurs sont brûlés dans les feux qu’on avait allumés pour d’autres. Personne ne vient pleurer sur leurs cendres : et les ombres des filles et des mères, des jeunes gens et des vieillards, errent privées de ce tribut de larmes : la terre ne peut suffire aux tombeaux, ni les arbres aux flammes des bûchers.

Accablé sous le poids de tant de maux : « Ô Jupiter, m’écriai-je, s’il est vrai, comme on le dit, que la fille d’Asopus, Égine, te reçut dans ses bras ; si tu ne rougis pas, dieu puissant, de t’avouer pour mon père, ou rends-moi mes sujets, ou fais-moi descendre avec eux dans la tombe ». Un éclair, suivi d’un coup de tonnerre favorable, m’apprend sa volonté. « J’accepte ce présage ; puisse-t-il m’annoncer ta faveur ! m’écriai-je : les signes que tu m’envoies sont, à mes yeux, le gage d’un meilleur destin ». Près de là s’élevait un chêne dont un rare feuillage couvrait les vastes rameaux ; consacré à Jupiter, il était né d’un gland de Dodone. Là nous voyons s’avancer un essaim innombrable de fourmis, chargées de leur moisson de grains, fardeau bien lourd pour des bouches si grêles ; elles suivaient toutes le même sentier dans les rides de l’écorce. J’en admire le nombre, et je m’écrie : « Ô mon bienfaiteur ! ô mon père ! donne-moi autant de citoyens pour repeupler ma ville déserte ». Le chêne superbe frémit, et de ses rameaux qui s’agitent dans le calme des airs, s’échappe une voix qui glace mes membres d’une sainte horreur, et fait dresser mes cheveux. Je baise la terre et les flancs du chêne, et n’ose avouer mes espérances ; j’espérais cependant, et mon cœur caressait en secret ses désirs. La nuit arrive, et le sommeil vient suspendre les inquiétudes des mortels. Je crois voir ce même chêne devant mes yeux : c’était le même nombre de rameaux, sur ces rameaux le même nombre d’insectes ; le même mouvement l’agite encore, et fait pleuvoir dans les champs d’alentour ce peuple moissonneur ; tout à coup, ces fourmis me semblent grandir et croître par degrés, se lever de terre, se redresser, perdre leur maigreur, leurs pieds nombreux, leur couleur noire, et revêtir la forme humaine. Le sommeil s’envole, je condamne ma vision, et j’accuse les dieux de me refuser leur appui. Cependant un bruit confus retentit dans mon palais ; je crois entendre des voix humaines dont le son avait cessé de frapper mon oreille ; je soupçonnais encore une illusion du sommeil, quand Télamon, accourant à pas précipités, ouvre les portes et s’écrie : « Ô mon père ! vous allez voir un prodige bien au-dessus de vos espérances et de tout ce que l’on peut