Page:Ovide - Œuvres complètes, Nisard, 1850.djvu/424

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tent pas à Cérès de se rencontrer avec la Faim, elle appelle une nymphe des montagnes, et lui adresse ces paroles :

« Au fond des glaces de la Scythie, il est une solitude désolée, sans moissons, sans arbres et sans fruits ; c’est là qu’habitent le Froid inerte, la Pâleur, la Crainte et la Faim aux entrailles à jeun ; dis-lui qu’elle aille se cacher dans le sein de l’impie, qu’elle résiste à l’abondance de toute chose, et qu’elle triomphe de ma puissance même et de mes secours ; pars, et, si tu t’effraies de la longueur du voyage, prends mon char, prends mes dragons, et que le frein te serve à guider leur vol au-dessus des nuages. L’Oréade monte aussitôt sur le char de la déesse, traverse les airs, arrive dans la Scythie, et arrête ses dragons sur l’affreux sommet du Caucase ; elle cherche la Faim, et l’aperçoit, au milieu d’un champ rempli de pierres, qui s’efforce d’arracher quelques brins d’herbe avec les ongles et les dents ; elle a les cheveux hérissés, les yeux caves, le visage pâle, les lèvres infectes et livides, les dents rongées par la rouille ; à travers sa peau rude, on pourrait voir jusqu’au fond de ses entrailles ; des os décharnés percent la courbe inégale de ses reins ; pour ventre, elle n’en a que la place ; sa poitrine est pendante, et paraît ne tenir qu’à l’épine du dos ; grossis par la maigreur, ses muscles et ses nerfs sont à découvert ; la saillie de ses genoux est énorme, et ses talons s’allongent outre mesure. Sitôt que la Nymphe l’aperçoit, n’osant l’approcher, elle lui dicte du loin les ordres de la déesse. Bien qu’elle s’arrête à peine et qu’elle se tienne éloignée, bien qu’à peine arrivée, elle a cru déjà sentir l’aiguillon de la faim : ramenant aussitôt ses dragons en arrière, elle tourne les rênes du côté de la Thessalie, et remonte dans les airs. La Faim, toujours si contraire à Cérès, s’empresse pourtant d’obéir. Un tourbillon de vent la porte au seuil du palais d’Érisichthon ; elle entre et va droit à sa couche. Il était nuit ; l’impie était plongé dans un profond sommeil ; elle l’enveloppe de ses ailes, lui souffle ses poisons, remplit de son haleine sa bouche, son gosier, sa poitrine, creuse et affame ses entrailles ; sa tâche accomplie, elle quitte un séjour où règne l’abondance, et regagne son désert et son antre stérile. Le doux sommeil caressait encore Érisichthon de ses ailes paisibles. Abusé par un songe, il demande à manger ; sa bouche s’ouvre et se ferme sans cesse ; ses dents se fatiguent sur ses dents, son gosier s’acharne sur des mets imaginaires, et le vide est la seule nourriture qui s’offre à sa voracité. À son réveil, sa faim est une rage qui dévore sa bouche avide et se déchaîne dans le gouffre de ses entrailles. Au même instant, il ordonne que l’air et la terre et les eaux soient dépeuplés pour lui ; au sein de l’abondance, il se plaint de la disette qui l’affame ; les mets chargent sa table, et