Page:Owen jones - Grammaire de l ornement, 1856.djvu/326

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
FEUILLES ET FLEURS DAPRÈS NATURE.
1. Aubépine, If, Lierre, et Fraisier ; tous de grandeur naturelle, calquées sur nature.

Fleurs vues à plat et en élévation.
1. 
Iris.
2. 
Lis blanc.
3. 
Asphodèle.
4. 
Narcisse.
5. 
Ognon.
6. 
Églantine.
7. 
Myosotis.
8. 
Chèvrefeuille.
9. 
Mauve.
10. 
Cardamine.
11. 
Véronique.
12. 
Scille penchée.
13. 
Glossocomia clematidea.
14. 
Convolvulus.
15. 
Primevère.
16. 
Pervenche.
17. 
Clarkia.
18. 
Leycesteria formosa.

1. Chèvrefeuille. 2. Convolvulus — de grandeur naturelle.

Grenadilles, de grandeur naturelle.
Owen jones - Grammaire de l ornement, 1856 (page 83 crop).jpg
FEUILLES ET FLEURS D’APRÈS NATURE.

Nous avons tâché de démontrer dans les chapitres précédents, que pendant les meilleures périodes de l’art, tout ornement était basé sur l’observance des principes qui règlent l’arrangement de la forme dans la nature, plutôt que sur la tentative d’imiter d’une manière fidèle et absolue les formes des objets naturels ; et que toutes les fois que dans un art quelconque, on dépassait ces limites, c’était un des indices les plus prononcés de décadence : — l’art véritable consiste dans l’idéalisation et non dans la représentation fidèle des formes de la nature.

Nous croyons devoir insister fortement sur ce point, car dans l’état actuel d’incertitude ou nous sommes, sous le rapport des arts, il commence à se développer une tendance générale de reproduire, aussi fidèlement que possible, la forme naturelle en guise d’ornement. On est fatigué de la répétition éternelle des mêmes formes conventionnelles qui, empruntées des styles passés, ne sauraient exciter en nous que peu de sympathie. Le cri universel de « Retournez à la nature, comme l’ont fait les anciens, » se fait entendre ; quant à nous, nous serions des premiers à répéter ce cri, mais avant tout, nous voudrions savoir ce que nous devons y chercher et jusqu’à quel point nous arriverons à un résultat satisfaisant. Si nous puisons à la nature comme l’ont fait les Égyptiens et les Grecs, nous pouvons espérer de réussir ; mais si nous le faisons comme les Chinois, ou même comme les


158