Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XLIX
À M.L...
Lyon, 9 avril 1838

Mon cher ami,

J’avais espéré vous porter moi-même la réponse à votre dernière lettre mais les retards se multipliant encore et ne me permettant, pas de déterminer d’une façon précise l’époque de mon voyage, il faut bien que j’écrive pour ne pas laisser de lacune dans une correspondance qui nous est si chère. Et d’abord, recevez mes remercîments bien vifs pour les bons offices que vous m’avez rendus. Le conseil municipal ne peut faire sa présentation de candidats qu’après que le budget de la ville, approuvé à Paris, sera revenu apportant implicitement l’approbation du gouvernement pour l’établissement de la chaire de droit commercial. J’espère beaucoup, voyant en ceci quelque chose de providentiel le plus difficile est fait, et je ne puis assez m’étonner qu’un pauvre garçon comme moi