Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/288

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en soit venu à faire créer une chaire. Il reste a prendre garde de n’ajouter point un cinquième vers aux « Sic vos non vobis » de Virgile. Si pourtant il en arrivait ainsi, après que tous les moyens humains qui se pouvaient imaginer ont été employés en ma faveur, j’y reconnaîtrais encore une volonté de Dieu, et je m’en consolerais aisément. Toute cette affaire est pour moi une question de vocation : j’en attends la solution avec respect, et j’espère la recevoir avec calme, quelle qu’elle soit.

Il est pourtant vrai qu’un intérêt temporel considérable s’y trouve engagé car j’éprouve comme vous les inquiétudes de la « Res angusta Domi, » et, ce qui est pire, cette inquiétude ne se borne pas à moi seul, elle s’étend à mon petit frère et à ma mère, dont les besoins augmentent à mesure que sa santé s’affaiblit. Et moi qui après tant de sacrifices faits par mon père pour mon éducation, devrais pouvoir le remplacer aujourd’hui et devenir le soutien de ma famille, je ne suis au contraire qu’une charge de plus. Une leçon de droit que je donne tous les jours est le plus positif de mes revenus. La clientèle me laisse de larges loisirs. A l’exception de deux affaires d’assises qui m’ont servi à faire un peu de bruit et point d’argent, deux procès que j’ai conciliés, un que j’ai plaidé au tribunal de commerce la semaine dernière, un mémoire assez considérable que j’ai rédigé dans une contestation