Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/339

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


été bâti autrefois par un habitant de Viterbe qui trouva une image de la sainte Vierge entre les branches d’un chêne. L’image et le tronc du chêne, conservés au maître-autel de l’église, sont encore aujourd’hui en grande vénération. C’est de là qu’est venu le nom de Quercia qu’on donne au couvent. Celui qui —l’avait bâti, incertain de savoir à quel ordre religieux il le donnerait, alla un matin se mettre à la porte de Viterbe la plus proche, attendant le premier religieux qui passerait pour lui remettre les clefs : ce fut le Général même de notre ordre, qui se rendait en Toscane. La Quercia est un des quatre principaux couvents de notre ordre dans la province de Rome. On a préféré nous y envoyer pour que nous y fussions dans un meilleur air et une plus grande solitude. Je vous charge, très-cher monsieur, de présenter à madame votre mère l’hommage de mon respectueux souvenir et de nos remercîments communs pour ses bontés ; de tous nos compliments et souvenirs pour l’aimable famille qui nous a reçus le soir de notre départ, pour la Société de Saint-Vincent de Paul, et enfin pour M. de La Perrière, qui m’a conduit à ce collège hors de Lyon. Pour vous, très-cher monsieur, soyez persuadé que nous ne vous oublions pas, et qu’en particulier je vous conserve de très-vifs sentiments. Parlez aussi de nous à M. votre frère.