Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/421

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


deurs

deurs du temple, on en a expulsé les petits qui criaient : Hosanna ! Et. au milieu de ces murs blanchis et dépouillés, ils ont installé une divinité nouvelle, puissante pour produire autour d’elle le silence et le vide : elle se nomme l’Ennui.

À Dieu ne plaise que ce nom soit une raison pour déserter nous-mêmnes et fermer les portes Mais -c’en est une. pour estimer et seconder tous les efforts tendant à la restauration de l’art chrétien. .Que le besoin s’en fait cruellement sentir ! Là même, et dans cette ville dont je viens de vous dire les merveilles architecturales, que d’inintelligentes réparations ! que d’injurieux embellissements quel badigeon et quelles ignobles couleurs jetés depuis vingt-cinq ans sur ces beaux édifices par la truelle officielle des ingénieurs ! Et pourtant les hommes qui avaient construit tout cela étaient des Germains du huitième au onzième siècle, arrière-petits-fils des Francs de Clovis. Deux cent cinquante ans de christianisme avaient suffi pour les initier aux plus délicats comme aux plus sublimes mystères de la véritable beauté !

Sous ce point de vue, mon pèlerinage n’est pas inutile à mes études futures. Le génie allemand, son passage de la barbarie à la civilisation, ne pouvait laisser de plus glorieuses traces. Quand j’aurai vu Mayence, où j’arrive ce soir, Francfort et Worms, l’Allemagne du moyen âge aura passé sous mes yeux. Car c’était là, c’était à Cologne et à Aix-