Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 7.djvu/456

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

veilleusement à l’indolence de Jacques, et ce qu’il appelait traiter les affaires suavibus modis.[1] Aussi récompensa-t-il Bacon, en lui conférant successivement les honneurs de la chevalerie, les charges de conseiller savant, de solliciteur géneral, de juge de la maison du roi, d’attorney général, de membre du conseil privé. Nous ne dirons point les bassesses qui accompagnèrent le cours de cette élévation rapide. Il n’est pas inutile d’extraire ici un passage d’un Mémoire de[2] Enfin, après avoir longtemps mendié la succession du vieux garde des sceaux Egerton, qui ne mourait pas assez vite au gré de sa cupidité, il l’obtint ; et, en 1619, il changea le titre de garde des sceaux contre ceux de lord chancelier d’Angleterre, baron de Vérulam, vicomte de

  1. J’invoquerai cependant la disgrâce de son ancien rival Coke, a laquelle Bacon travailla avec une haineuse persévérance, aiguillonnant le mécontentement royal, que la fermeté de ce jurisconsulte rigide avait provoqué. Il prit aussi une part honteuse à la perte de Walter Rawleigh, qui, condamné à mort au commencement de ce règne, sortit ensuite de prison, et, mis à la tête d’une flotte anglaise, fut arrêté de nouveau au bout de quinze ans, victime d’intrigues diplomatiques, et, sur l’avis de Bacon, subit le dernier supplice.
  2. Bacon sur la pacification de l’Église, et de comparer le langage qu’il tient au roi Jacques avec celui dans lequel il essayait de charmer la reine Élisabeth. « Je soumets humblement à votre jugement souverain toutes les idées que je propose ici : c’est comme une obole que je viens jeter dans le trésor de votre sagesse. De même que les astronomes observent que la réunion des trois astres en conjonction produit d’admirables effets ; ainsi, puisque en Votre Majesté se réunissent trois lumières: la lumière de la nature, la lumière de la science et par-dessus tout la lumière de l’Esprit-Saint, votre règne ne doit-il pas être comme une heureuse constellation levée sur le ciel de vos États ?  ».