Page:Paul Kane - Les Indiens de la baie d'Hudson.djvu/160

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
146
LES INDIENS DE LA BAIE D’HUDSON.

prême, qui possède à lui seul de plus grands pouvoirs que tous les autres animaux réunis, La baleine met donc de suite son projet à exécution. Telle fut l’origine des marsouins ; c’est ce qui explique pourquoi ils se battent constamment avec les veaux marins, car un veau causa toutes leurs infortunes. Après cette disparition étrange des trois frères, leur mère descendit sur le rivage et y demeura de longs jours à guetter leur retour et à se lamenter. Enfin, un jour qu’elle attendait, comme de coutume, la baleine vint à passer, et prenant pitié de son malheur, elle la changea en cette pierre.

Je ne remarquai rien de particulier à la forme de ce rocher, quand nous passâmes auprès, dans notre canot ; au moins par ce que j’en pus voir, il me sembla impossible d’y distinguer rien qui ressemblât à une forme humaine, pour justifier la conclusion de la légende. Cependant ce rocher entièrement isolé et sans aucun être visible à des milles à la ronde, devait naturellement devenir un objet spécial d’observation pour les Indiens, et sa position solitaire explique suffisamment qu’il ait été choisi pour théâtre de quelques-unes des créations romanesques de leur superstitieuse crédulité.

15 juin. — Nous arrivâmes à Nasqually, où je me procurai des chevaux pour me rendre à la rivière Cowlitz. Je traversai de nouveau la prairie de Bute et la montagne de boue ; dans la soirée du troisième jour, j’arrivai à la hutte de mon vieil ami Kinox ; mais, à mon grand étonnement, je trouvai une froideur inaccoutumée dans son accueil et même dans celui de ses enfants qui, à mon approche, allèrent se cacher. À la fin, il me demanda si je n’avais pas fait le portrait d’une