Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


journaux, il s’appelle Calino : on le retrouve sous d’autres noms dans la plupart des recueils de contes ; parmi eux on peut citer :

Cénac-Moncaut, Maître Jean l’habile homme, Ambroise le Sot ; — H. Carnoy, Jacques l’Idiot (Mélusine, col. 109), Pierre le Badaud, contes populaires picards (Romania, t. VIII). — M. Reinhold Kœlher, qui s’est occupé de Pierre le Badaud dans le tome III, page 312 de la Zeitschrift für Romanische Philologie, cite plusieurs similaires ; Cerquand, t. II, les Deux Frères sage et fou. — Luzel, Jean de Ploubezre. Il est à la connaissance populaire dans l’Yonne, en Provence, où il se nomme Jean de la Mouche (Cf. Le Père Gérard, n° 46, p. 550), et tout dernièrement M. Paul Courty publiait dans le Télégraphe (26 juillet 1880) les aventures d’un Jean le Diot catalan.

Il y a aussi, dans l’excellent recueil de Contes de fées dans l’Inde, de Miss Maive Stokes, peu connu en France, un conte intitulé Sachuli l’innocent, dont la donnée première est celle d’un garçon faible d’esprit, et qui prend à la lettre tout ce qu’on lui dit. À la fin du volume sont cités un assez grand nombre de similaires auxquels on peut ajouter les contes siciliens cités par M. Marc Monnier, p. 13-15, et les similaires russes analysés par M. de Gubernatis, p. 210-214, t. I, Mythologie zoologique.