Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



III.

Les diableries, sorcelleries et histoires de revenants.

§ I. — Les Diableries.


Le diable joue un grand rôle dans la littérature légendaire de la Haute-Bretagne ; comme dans les fabliaux du moyen âge et dans les histoires de la Légende dorée, il finit toujours par être dupé, soit par la finesse des hommes et surtout des femmes, soit par les prêtres, qui l’exorcisent au bon moment et lui arrachent sa proie.

Le diable, que les paysans gallots mettent en scène dans des récits nombreux, mais peu variés, est généralement un bonhomme de diable qui vient quand on l’appelle, et qui, moyennant un pacte signé, parfois sur une simple promesse, accorde ce qu’on