Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



§ III. — Fables et contes d’animaux.

Il est un certain nombre de fables qui ont cours à la campagne, et les conteurs mettent parfois en scène des animaux qui parlent et qui agissent comme des personnes. On raconte aussi des épisodes qui vraisemblablement sont un écho lointain du Roman du Renard, et où le renard et son compère le loup se jouent mutuellement des tours (Cf. le Loup et le Renard, n° LVI des Contes populaires.) Noël du Fail, dans l’énumération qu’il fait des contes qui de son temps étaient populaires dans les environs de Rennes, parle du « conte de la Cigogne du temps que les bestes parloient, ou comme le renard desroboit le poisson, comme il fit battre le loup aux lavandières lorsqu’il l’apprenoit à pescher. » On retrouverait probablement, en cherchant bien, la trace de tous les récits qu’il cite. Il est bon de remarquer que chez les paysans gallots le renard est parfois dupé (Cf. ci-après le Colimaçon et le Renard, et le Merle et le Renard, n° LIX des Contes populaires. Cf. aussi Gubernatis, Mythologie zoologique, t. II, p. 138 et 144.) C’est le contraire qui a lieu dans la plupart des récits d’autres pays et dans un grand nombre de fables.