Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/259

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



I. Le Colimaçon et le Renard.

Le Renard rencontra un jour le Colimaçon :

— Tire-toi de mon chemin, lui dit-il ; je fais plus de route en un quart d’heure que toi en une année.

— Peut-être, répondit le Colimaçon ; prenons un rendez-vous, et nous verrons qui de nous deux arrivera le plus vite au but.

Ils convinrent de se retrouver le lendemain à la même place, à la tête d’un sillon, et de voir lequel serait le plus vite rendu au bout.

— Pauvre petite bête, disait le Renard, tu seras bientôt lassée !

Mais le Colimaçon alla chercher un de ses compères et lui dit :

— Va te mettre à l’un des bouts du sillon, et moi à l’autre ; quand tu verras le Renard près d’atteindre le but, tu crieras : « À bout, Renard, » et nous le ferons crever.

Voilà le Renard arrivé : — Y sommes-nous ? demanda-t-il.