Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/311

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La mène et la ramène
Tout à l’entour du bois :
Tout à l’entour du bois,
La pauvre bique blanche,
Depès qu’olle est sez nous,
O n’a point zeu de chance.
Quand c’fut au matin jour,
Not’ femme o s’y leva ;
O mit son cotillon,
À l’étab’e elle s’en va.
La pirouitte pirouinnée
Est morte entre deux vaches ;
Elle s’en va tout dret
Conter ça à son Jacque.
— T’en souvient-i’, mon Jacque,
T’en souvient-i’, qu’un saï,
Not’ chieuve était malade,
Tu t’y moquis de maï ?
Olle est morte à matin
Sur une poignée de fieurre :
Te v’la bien couyonné
Ta qu’aimas tant son bieurre.
— Va-t’en, ma pauvre femme,
Va-t’en chez l’écorchous ;
Dis-li : Not’ pauvre chieuve
Est morte par malhoû,