Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/336

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Cf. Rolland, D. 144 (Morbihan, Ardèche) ; Sauvé, D. 101, trois variantes (Basse-Bretagne).

52.

Qui tend les bras à son maître quand il entre ?

— Le banc du foyer. (E.)

Cf. Rolland, D. 169 (Paris, Seine-et-Oise).

53.

Qui est-ce qui s’ couche dans son framba (fumier) ?

— Le feu.

Cf. Mélusine, col. 257, D. 37 (Velay et Forez) ; Rolland, D. 152 (Morbihan, Ardèche) ; Bladé, D. 64 (Armagnac, Agenais).

54.
Greû (gros) comme deux bœufs,
Qui ne pèse pas deux œufs. (E.)

— La fumée.

Cf. avec une devinaille poitevine (Mélusine, col. 292).

55.

a) Qui rechigne des crocs quand on entère dans la maison ?

— La crémaillère.

b) Qui est-ce qui grince des dents sus son maît’e ?

— Une crémaillère.

Cf. Rolland, D. 150 (Seine-et-Oise, Haute-Saône, Paris, Béarn) ; Sauvé, D. 85 (Basse-Bretagne).