Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV. La Houle Cosseu.

On raconte à Saint-Jacut-de-la-Mer une légende qui présente plusieurs points de ressemblance avec la précédente, et dont l’action se passe à la Houle Cosseu, grotte située non loin de l’extrémité de la presqu’île de Saint-Jacut ; la voici telle qu’elle m’a été contée, il y a une quinzaine d’années, par mon ami le docteur Carré, originaire de Saint-Jacut, qui la connaissait depuis son enfance.


Un soir, à la nuit tombante, un pêcheur de Saint-Jacut revenait des pêcheries, où il était resté le dernier, et, son panier sous le bras, il longeait les rochers qui sont au bas des falaises pour arriver au sentier qui conduisait au village : il marchait pieds nus sur le sable mouillé qui étouffait le bruit de ses pas, lorsqu’au détour d’une petite anse il aperçut dans une grotte plusieurs fées qu’il reconnut de suite pour telles à leur costume ; elles causaient entre elles en gesticulant avec vivacité, mais il n’entendait rien de ce qu’elles disaient ; il les vit se frotter les yeux avec une sorte de pommade, et aussitôt elles changèrent de forme et s’éloignèrent