Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



§ II. — Contes divers de fées et d’enchantements.

Ces contes sont en assez grand nombre ; outre ceux que j’ai déjà publiés dans les Contes populaires de la Haute-Bretagne, des trois que je donne ici comme spécimen, j’en possède encore une quarantaine qui sont inédits. Les trois qu’on trouvera ci-après présentent des ressemblances avec beaucoup d’autres récits de pays très-divers ; j’en signale quelques-unes à la fin de chacun d’eux, en citant de préférence les contes populaires français déjà publiés, et en renvoyant, pour plus de détails, à des dissertations qui ont paru dans des livres spéciaux.

Il y en a qui sont fort étendues, car certains de ces contes se retrouvent en des pays éloignés, et très-différents de langue et de race ; le catalogue des similaires de ceux qui sont les plus répandus occuperait à lui seul plusieurs pages.